En réponse aux vœux du corps diplomatique : Discours du Président Kaboré

 

Discours de S.E.M Roch Marc Christian KABORE, Président du Faso, Président du Conseil des ministres en réponse aux vœux du corps diplomatique.
Ouagadougou, le 17 janvier 2020

Monsieur le premier vice-président
de l’Assemblée nationale
Monsieur le Président du Conseil constitutionnel
Mesdames et Messieurs les Présidents d’institution
Mesdames et Messieurs les membres du Gouvernement
Excellence, Madame la Doyenne du Corps diplomatique
Excellences, Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs et Chefs de Mission diplomatique
et consulaire
Mesdames et Messieurs les Représentants des organisations internationales et interafricaines
Mesdames et Messieurs

En ce début d’année nouvelle, c’est avec plaisir que je vous reçois pour la traditionnelle cérémonie d’échanges de vœux avec le Corps Diplomatique accrédité au Burkina Faso. L’occasion doit être saisie, pour se réjouir de l’excellence des relations d’amitié, de fraternité et de coopération qui existent entre le Burkina Faso notre pays, et les pays amis ainsi que les Organisations Internationales et interafricaines que vous représentez.
A l’entame de 2020, il est naturellement opportun de noter et de saluer les succès engrangés ensemble au cours de l’année qui vient de s’écouler, de prendre note de nos défis communs et d’envisager avec espoir et assurance les perspectives de cette année nouvelle. Ce moment de bilan nous offre en effet l’occasion d’évaluer l’année qui vient de s’achever, sur le double plan de nos relations bilatérales et multilatérales et sur la marche du monde dans sa globalité.
Je voudrais d’emblée témoigner ma profonde reconnaissance aux Souverains, aux Chefs d’Etat et de Gouvernement, ainsi qu’aux responsables de vos organisations, pour les aimables vœux que vous venez d’exprimer à mon endroit, à ma famille et au peuple burkinabè tout entier.
Permettez-moi à mon tour, d’adresser à vos mandants, à vous-mêmes, à vos collaborateurs et à vos familles respectives, mes vœux de santé, de paix, de bonheur et de prospérité partagée.

Madame la Doyenne du Corps Diplomatique
Mesdames et Messieurs les membres du Corps Diplomatique et des Organisations internationales et interafricaines

Au Burkina Faso, l’année 2019 a été marquée par l’intensification des attaques des Groupes armés terroristes, avec pour conséquences de nombreuses victimes, des blessés, tant civils que militaires, des réfugiés et déplacés ainsi que d’importants dégâts matériels et des fermetures d’écoles et de centres de santé.
Vous avez certainement été témoins de tous les efforts conjugués de nos Forces de Défense et de Sécurité pour apporter une réponse conséquente à ces attaques terroristes lâches et barbares, à l’extrémisme violent et aux trafics de tous genres. Vous avez vécu avec nous, ces moments de dures épreuves, au cours desquels nous avons, bénéficié de votre solidarité et de votre soutien. Nous vous en sommes infiniment reconnaissant.
Malgré les épreuves que lui impose une conjoncture nationale et internationale difficile, le Burkina Faso a continué avec courage et abnégation à construire son destin, en consolidant la démocratie et en renforçant les bases de son développement.
C’est debout que le peuple burkinabè se bat pour mettre en œuvre avec le Gouvernement, le PNDES, le Programme d’Urgence pour le Sahel (PUS) et le Programme d’Appui au Développement des Economies Locales (PADEL).
Au plan économique, l’année 2019 a mis en exergue
la capacité de résilience de notre économie, en dépit du contexte sécuritaire particulièrement difficile.
Au plan politique, le dialogue politique que j’ai initié pour permettre aux partis de la majorité et de l’opposition de s’asseoir autour d’une même table de discussions, nous a permis de baliser le terrain pour l’organisation des élections couplées présidentielle et législatives prévues en cette année 2020.
Pour la première fois dans l’histoire de notre pays, nos compatriotes vivant à l’extérieur participeront à l’élection du Président du Faso. C’est l’occasion pour moi de remercier tous les partenaires et les pays amis qui accompagnent ce processus.
A l’évidence, les chantiers et les échéances de 2020 annoncent une année de grands défis où la paix, la sécurité et la démocratie seront encore au cœur de nos préoccupations.

Distinguées personnalités
Mesdames et Messieurs

Au plan régional, et s’agissant du G5 Sahel dont mon pays assure la présidence jusqu’en février 2020, d’énormes efforts se multiplient pour venir à bout du terrorisme et de l’extrémisme violent et œuvrer au rétablissement de la paix et de la sécurité dans la sous-région.
Ma gratitude va à l’endroit des différents partenaires qui nous témoignent leurs soutiens multiples et multiformes.
A ce titre, l’engagement de la CEDEAO dans cette lutte doit être salué.
Je dois rappeler que ce combat est un défi global qui nécessite une plus grande solidarité et l’accompagnement de la Communauté internationale pour non seulement consolider la montée en puissance de la Force Conjointe du G5 Sahel mais également promouvoir le développement au Sahel.
C’est dans cette optique que la rencontre tenue le 13 janvier 2020 à Pau en France, entre le Président français et les Chefs d’Etat du G5 Sahel a permis de prendre des décisions importantes pour renforcer l’appui de la communauté internationale aux pays du Sahel. Elle a été l’occasion de réitérer notre volonté commune de lutter contre le terrorisme et de tout mettre en œuvre pour renforcer les capacités opérationnelles des Forces de Défense et de Sécurité nationales des pays du G5 Sahel et d’œuvrer à une meilleure coordination de toutes les forces agissant dans la lutte contre le terrorisme au Sahel.
De même, la mise en œuvre du Partenariat pour la Stabilité et la Sécurité au Sahel (P3S) ainsi que le Plan d’investissements prioritaires et le Programme de Développement d’urgence du G5 Sahel doit permettre de consolider la paix en assurant un développement économique et social harmonieux dans les pays du G5 Sahel.
Au plan international, les défis sont nombreux et malheureusement, les crises se sont multipliées. Les questions relatives à l’environnement, au changement climatique, à l’économie, à la politique, à l’idéologie, à la démocratie ; aux clivages et au fanatisme religieux, au désarmement et à la crise du multilatéralisme sont autant de préoccupations qui nous interpellent tous à la réflexion et à l’action.
La question libyenne nous préoccupe davantage et il est impérieux que toute la communauté internationale puisse y accorder une attention particulière pour une sortie de crise urgente, afin de limiter ses conséquences tentaculaires et désastreuses, en particulier pour la Région du Sahel déjà en situation difficile.
C’est pourquoi, l’ONU doit être l’enceinte dans laquelle tous les pays doivent s’assumer pleinement et s’engager résolument dans la recherche des solutions pour un monde de paix et de prospérité.

Madame la Doyenne du Corps Diplomatique
Distinguées personnalités
Mesdames et Messieurs

Au moment de clore mon propos, je voudrais vous réitérer mes sincères remerciements pour vos nombreux témoignages d’amitié, de fraternité et de solidarité à l’endroit du peuple burkinabè et de ses dirigeants.
Au nom du peuple burkinabè, je voudrais traduire ma gratitude aux peuples et aux Gouvernements des pays que vous représentez, qui accueillent et intègrent avec la plus grande hospitalité et dans la fraternité, mes compatriotes vivant dans vos pays.
Dans l’espoir qu’ensemble, avec nos efforts conjugués, nous pourrons créer les conditions nécessaires à l’éclosion d’un monde de paix et de progrès, je vous renouvelle à tous mes vœux de bonne et heureuse année 2020 !

Je vous remercie

Soyez le premier à commenter sur "En réponse aux vœux du corps diplomatique : Discours du Président Kaboré"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

cinq + quatorze =