Diplomatie : Et si la France nous envoyait un 2 ème “Tulinabo S. Mushingi”

En fin de mission au Burkina Faso, l’ambassadeur français Gilles Thibault laissera la place à Xavier Lapeyre de Cabanes. Méconnu du gand public burkinabè le nouvel ambassadeur fait déjà parler de lui.

Xavier Lapeyre de Cabanes, le nouvel ambassadeur de la France au Burkina a effectué une visite de courtoisie au 159, Boulevard Haussmann de Paris le mardi 06 septembre 2016, où il a eu un entretien avec le Chargé d’Affaires, Mamadou Sangaré. Fait assez inhabituel, c’est à notre ambassade à Paris que Xavier Lapeyre de Cabanes se rend, alors qu’il doit d’abord présenter ses lettres de créance au Président du Faso. On ne saurait lui tenir rigueur. On ne peut que juger de la simplicité du personnage. Un ambassadeur “débarrassé de tout complexe”, “travailleur et pragmatique”, ces traits de caractère sont assez similaires à celui d’un ambassadeur américain bien connu au Burkina Faso. Il s’agit de Tulinabo Mushingi.

La France a -t elle décidé de nous envoyer un ambassadeur du style “Tulinabo”?

En effet, Xavier envisage déjà de faire le tour du Faso, pour rencontrer ses hommes et ses femmes dès qu’il aura mis les pieds au Burkina Faso. Tulinabo, est aussi passé par cet exercice lorsqu’il a pris fonction. Plus concentré sur les préoccupations des populations à la base que des grandes théories diplomatiques, Mushingi s’est démarqué de l’ensemble des diplomates en fonction au Burkina. Il a même posé sa marque, la “diplomatie du terrain”.

Gilles Thibault, n’a pas vraiment occupé le terrain. Celui-ci s’est contenté d’appliquer une diplomatie classique et sans relief, pendant que l’américain apportait une touche particulière à sa mission.

Cette épisode, n’ a pas laissé la France indifférente. Xavier Lapeyre, vient comme pour reconquérir le morceau de parcelle de sympathie que Tulinabo a arraché. D’ailleurs, sa visite à vélo à l’ambassade de France à Paris ressemble un peu à un coup médiatique, même si voir une autorité circuler à vélo n’est pas exceptionnel en France. L’essentiel pour les burkinabè serait que ce nouvel ambassadeur contribue à renforcer les relations d’affaires et d’amitiés entre Paris et Ouagadougou et au besoin qu’il fasse mieux que l’américain. Pour l’instant il est le bienvenu à ouagadoudou, encore qu’il a une tête sympathique.

Soyez le premier à commenter sur "Diplomatie : Et si la France nous envoyait un 2 ème “Tulinabo S. Mushingi”"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

quatorze − neuf =