Valorisation du transport en commun au Burkina Faso : Création des couloirs de bus

 

La commune de Ouagadougou abrite ce jeudi, l’atelier de restitution et d’examen du diagnostic de l’étude de faisabilité du projet transport urbain de Ouagadougou. En effet, les échanges au cours de cette rencontre vont permettre de valoriser le transport en commun à travers la création des couloirs de bus.

Ce jeudi 13 février 2020, le maire de la ville de Ouagadougou a lancé les travaux de cet atelier sur le projet de modernisation du transport collectif à l’échelle du Grand Ouaga. Ce projet a été instruit par la commune de Ouagadougou avec l’appui du gouvernement, et le soutien de la coopération suédoise et de la Banque mondiale dont la première phase a été validée par le conseil des ministres le 08 janvier 2020, et la deuxième phase majoritairement consacrée aux infrastructures de transports en commun pour faire opérer un Corridor Bus Rapid Transit (BRT).

Selon le maire de la ville de Ouagadougou, Armand Roland Pierre Béouindé, la tenue de ce premier atelier réunie l’ensemble des acteurs du transport urbain (Gouvernement, communes du Grand Ouaga, association des transporteurs, opérateurs de transports, universités, etc.), afin de plancher sur le rapport diagnostic proposé par Transitec, chargé de conduire cette étude.

A la suite de cet atelier, poursuit-il, deux (02) autres ateliers viendront successivement dans deux mois au plus tard, proposer un réseau de transport collectif attractif et fluide à l’échelle du Grand Ouaga, et une faisabilité de corridor BRT, épine dorsale du futur réseau. « Il est à noter que la création de couloirs de bus sera une réalité à court terme sur nos chantiers dans les arrondissements 6, 10, 11 et sur d’autres chantiers en cours de préparation » , a précisé le maire de Ouagadougou. En effet, c’est une création de couloirs de bus pour préfigurer le déploiement des bus rapides ou des bus à haut niveau de services et à long terme le tramway.

Tout en invitant les participants à apporter leurs contributions pour l’enrichissement des réflexions, puis en remerciant la Banque mondiale et la Coopération suédoise pour leur implication effective, Armand Béouindé a déclaré ouvert les travaux de cet atelier.

En rappel, la pratique de transports en commun n’est pas ancrée dans les habitudes quotidiennes et plus de 80% de la population burkinabè se déplacent individuellement en moto ou en voiture induisant à la fois une pollution de l’air devenant de plus en plus perceptible, et un pique de maladies respiratoires. « A ces difficultés, on dénombre annuellement près de 80 décès sur nos routes à Ouagadougou dû principalement à l’insécurité routière » , a indiqué le maire.

 

 

Soyez le premier à commenter sur "Valorisation du transport en commun au Burkina Faso : Création des couloirs de bus"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

deux + douze =