Burkina : Un audit pour renforcer les capacités du CFOP

 

S’est tenu à Ouagadougou ce mercredi 4 décembre 2019, un atelier organisé par le Chef de file de l’opposition politique du Burkina Faso. C’est une activité consacrée à la phase de validation de l’audit organisationnel et fonctionnel du CFOP, effectué par le cabinet d’études de la place, le cabinet IPSO conseil.

Dans le cadre du renforcement des capacités du CFOP, qui est partie intégrante du Programme commun d’appui à l’Assemblée nationale du Burkina (PROCAB), un audit a été réalisé par le cabinet d’études IPSO. Cet audit vise divers objectifs dont l’analyse et l’appréciation d’adéquation du cadre institutionnel actuel du CFOP par rapport à ses missions essentielles et à son fonctionnement réel. Il s’agit d’apprécier l’accomplissement des missions du CFOP au plan politique; apprécier la gestion administrative et juridique de l’institution; apprécier l’adéquation des ressources humaines, matérielles et financières mises à la disposition du CFOP, et le niveau des attentes du CFOP.

Selon le Chef de file de l’opposition politique, Zéphirin Diabré, « il est attendu de cet exercice, un diagnostic de l’organisation et du fonctionnement actuel du CFOP en vue de déceler les insuffisances et permettre au PROCAB de proposer des mesures correctives pouvant améliorer son efficacité. » Cet atelier consistera à une présentation du rapport d’audit par le cabinet d’études et de conseils, à aborder les questions d’information sur le rapport d’audit lui-même et sur la présentation du rapport par le cabinet d’études et de conseils, aux échanges sur le contenu de rapport d’audit assortis des appréciations, des amendements, des suggestions et de recommandations. C’est le lieu pour Zéphirin Diabré d’exprimer sa reconnaissance à l’endroit de toutes les personnes morales et physiques qui ont contribué à la réalisation de cet audit.

Renforcer les capacités du CFOP, c’est renforcer la démocratie car qui parle de démocratie parle d’opposition politique. C’est dans cette logique que le PROCAB entend apporter cet appui au CFOP. « En tant que projet de renforcement de capacité, de parlement et de la démocratie, il est important que l’institution CFOP fasse partie des appuis », a indiqué Amidou Yonaba, conseiller technique national PROCAB. En effet, pour le PROCAB « c’est mettre l’accent pour que cette institution comme l’Assemblée nationale elle-même, puisse jouer pleinement son rôle dans une démocratie ».

Toutefois, ces appuis concerneront les infrastructures des équipements, des renforcements de ressources humaines et de l’institution elle-même. Ainsi, l’audit organisationnel fait partie de ces appuis multiformes que le PROCAB apporte à cette institution qu’est le CFOP. Amidou Yonaba précise qu’il y a des attentes au niveau du PROCAB. Il s’agit d’amener le parlement en tant que cadre législatif national, à revisiter le cadre juridique de l’institution CFOP afin de combler les lacunes. Aussi, c’est de faire en sorte que le CFOP passe à une véritable institution ayant des prérogatives et jouissant d’une certaine autonomie pour renforcer la démocratie. Enfin, c’est faire de sorte qu’au delà des sorties médiatiques, que le CFOP soit une institution qui puisse produire des réflexions et amener la majorité à agir dans le sens de l’intérêt général.

Soyez le premier à commenter sur "Burkina : Un audit pour renforcer les capacités du CFOP"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

cinq × un =