U- PHARMA : Le ministre Alkassoum Maïga visite cette unité de production de médicaments

 

Le ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche scientifique et de l’innovation, Alkassoum Maïga a procédé ce jeudi 02 avril 2020, à une visite guidée de l’usine U- PHARMA à Ouagadougou. Une usine de l’Institut de recherche en sciences de la santé, spécialisée dans la fabrication de médicaments.

Dans la lutte engagée contre le Covid-19 au Burkina Faso, le ministre avait affirmé que la recherche scientifique avait la capacité de produire de la chloroquine et du paracétamol, au cas où on basculait dans le traitement à la chloroquine. C’est ce qui justifie d’ailleurs la visite de l’usine U- PHARMA dans la matinée de ce jeudi à Ouagadougou.

Selon le ministre Alkassoum Maïga, l’existence d’un deuxième laboratoire était annoncé car « jusqu’ici, les échantillons étaient envoyés à Bobo-Dioulasso pour les tests, et qu’on allait rendre fonctionnel le deuxième laboratoire de Ouagadougou » . Ce qui va évidemment permettre d’avoir deux sites de diagnostique de tests. Dans ce cas, celui de Bobo-Dioulasso allait fonctionner pour une partie du pays et celui de Ouagadougou allait prendre en charge une autre partie.

Après avoir fait tourner la machine pour montrer qu’effectivement elle peut encore fonctionner, « le technicien a expliqué que normalement, c’est une machine qui pouvait aller autour de 2000 comprimés à la minute. Mais compte tenu du fait que c’est une installation ancienne, ils ont ramené ça à 1800 comprimés à la minute » , a expliqué Alkassoum Maïga, tout en précisant que dans le cadre de ce travail, « on va être prudent pour aller à environ 1500 comprimés à la minute » . Il s’agit notamment de la capacité de production par rapport à la chloroquine.

Il faut souligner qu’un autre laboratoire est prévu pour que, assez rapidement, « on puisse commencer à faire les diagnostics au niveau de Ouagadougou » , a indiqué le ministre et d’ajouter : « Je suis très comblé de voir effectivement que ce qu’on a pu déclarer puisse s’opérationnaliser » . Il a saisi l’occasion pour féliciter et remercier son collègue du commerce, Harouna Kaboré qui a mobilisé la communauté des hommes d’affaires du pays qui, à leur tour, ont pu mobiliser des ressources qui permettront de mettre à niveau ce projet.

« Avec les essais de production que l’on a essayés de lancer, nous pouvons dire que s’il y a de la matière première, nous pouvons en tout cas, essayer de faire sortir des comprimés » , a laissé entendre Dr Salfo Ouédraogo, pharmacien, chef d’unité de production U- PHARMA à l’Institut de recherche en sciences de la santé, tout en expliquant que cela va prendre du temps. « Parce que comme vous le savez, quand la matière première va venir, il faut faire des contrôles qualités, (…). Il y a le temps de mise à niveau et de conformité en terme de formulation et en terme, justement, de calage technique, qui doit être observé avant que l’on puisse aller à une cadence de production réelle » , a-t-il soutenu.

En rappel, U- PHARMA est une unité de production de médicaments du Centre National de la Recherche Scientifique et Technologique (CNRST) avec comme structure technique, l’Institut de Recherche sur les substances naturelles (IRSN) qui a évolué par la suite en Institut de recherche des Sciences de la Santé (IRSS). Cette usine a commencé ses activités en octobre 1991 par la production de médicaments génériques (Acide acétyl salicylique comprimés 500 mg, Chloroquine comprimés 100 mg et Paracétamol comprimés 500 mg) en attendant l’avancée de la recherche sur les plantes médicinales. Elle fut inaugurée le mercredi 03 juin 1992 par la Coopération Belgique-Burkina-Faso et fonctionne jusqu’à nos jours.

 

Soyez le premier à commenter sur "U- PHARMA : Le ministre Alkassoum Maïga visite cette unité de production de médicaments"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

vingt − 13 =