Troubles nocturnes en Tunisie : Onze arrestations dans le centre-ouest

 

Onze personnes ont été arrêtées à Jelma, dans la région de Sidi Bouzid (centre-ouest), où des affrontements nocturnes opposent depuis plusieurs jours des jeunes à des policiers. Appris par Jeune Afrique, cette information a été rapportée mardi par le ministère de l’Intérieur.

Depuis le décès vendredi d’un jeune de 25 ans qui s’est immolé par le feu dans cette ville marginalisée pour protester contre sa situation sociale, des habitants ont manifesté leur colère en bloquant des routes et en s’attaquant aux forces de l’ordre, selon le porte-parole du ministère de l’Intérieur, Khaled Hayouni.

La protestation s’est transformée dans la nuit de samedi à dimanche en actes de violences contre les postes et les unités de police dans cette ville, selon les mêmes sources.

« Des jeunes âgés entre 11 et 18 ans ont attaqué pendant la nuit des membres des forces de l’ordre, leur lançant notamment des pierres et blessant au total 20 policiers », a précisé le porte-parole, qui a fait état d’onze arrestations.

Les forces de sécurité ont fait usage de gaz lacrymogène pour les disperser, a-t-il ajouté. Des groupes de 300 à 500 personnes ont par ailleurs incendié des pneus et bloqué plusieurs routes dans la région.

Depuis la révolution de 2011, le centre défavorisé de la Tunisie, notamment près de la ville de Sidi Bouzid, d’où était partie en décembre 2010 la contestation sociale qui avait marqué le début des Printemps arabes, a connu plusieurs troubles sociaux nourris par le chômage et la pauvreté.

En janvier 2016, lors de la dernière importante vague de contestation sociale en date, la colère déclenchée par le décès d’un chômeur à Kasserine s’était propagée à travers le pays, qui avait dû décréter un couvre-feu des jours durant.

Soyez le premier à commenter sur "Troubles nocturnes en Tunisie : Onze arrestations dans le centre-ouest"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

trois × 5 =