Symposium régional de Ouagadougou : Renforcer la cohésion sociale et le vivre ensemble dans l’espace G5 Sahel

 

Un symposium régional se tient à Ouagadougou du 21 au 23 novembre 2019 sur la cohésion sociale. A cette occasion, une cérémonie d’ouverture des travaux de la rencontre, a eu lieu ce jeudi en présence du Chef du gouvernement burkinabè.

Organisé par le gouvernement du Burkina Faso en collaboration avec « Dialogue Sans Frontière » , le symposium régional de Ouagadougou a ouvert ses travaux ce jeudi 21 novembre 2019, sous le hème : « Cohésion sociale et vivre ensemble (Paix et société) » . En effet, la réalisation de cette rencontre est le couronnement de plusieurs jours de travail acharné d’hommes et de femmes qui se sont résolument mis à la tâche pour rendre visible la cohésion sociale dans l’espace G5 Sahel.

Selon Madiara Sagnon née Tou, ministre délégué auprès du ministère de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la cohésion sociale, « c’est un symposium régional qui s’adresse à l’ensemble des pays du G5 Sahel, les cinq pays dont le Burkina Faso » . Pourquoi avons nous décidé de parler de la cohésion sociale, se pose-t-elle la question ? « Vous le savez très bien, parce que nous avons des problèmes. Ces pays ont aujourd’hui les mêmes réalités et vivent les mêmes difficultés qui sont entre autres, les attaques terroristes que nous enregistrons tous les jours, l’extrémisme violent, la radicalisation, les conflits intercommunautaires » , a-t-elle répondu. A l’en croire, il fallait s’arrêter à un moment donné pour réfléchir ensemble au niveau de la sous-région, pour voir comment mutualiser les efforts pour essayer de renverser la tendance. « C’est dans ce cadre là, que nous avons décidé de nous retrouver ensemble pour échanger sur ce thème » , a soutenu Mme Sagnon.

Le Premier ministre burkinabè, Christophe Marie Joseph Dabiré, représentant le président du Faso à cette cérémonie, a précisé que « le thème du présent symposium interpelle tout le monde au moment où nos pays font face à des défis majeurs comme les conflits intercommunautaires, le terrorisme et l’extrémisme violent, qui occasionnent de nombreuses victimes civiles et militaires » engendrant un déplacement massif de populations. Selon le Chef du gouvernement, les conséquences désastreuses de ces violences sont visibles partout où elles sont perpétrées. C’est pourquoi, il invite les participants à garder en eux, le souvenir vivace de toutes les victimes tombées face à ces « actes ignobles » et à avoir une pensée positive pour les nombreux blessés à qui, il souhaite un prompte rétablissement.

« Face au terrorisme, nous devons imaginer ensemble, des solutions vigoureuses et concertées. C’est en cela que le thème de ce symposium mérite des échanges féconds, susceptibles de déboucher sur une déclaration qui nous engage tous dans la promotion de la paix » , a indiqué Christophe Dabiré en précisant que « chaque nation se doit d’apporter sa pierre à l’édification d’une société où il fait bon vivre » . Tout en invitant la communauté internationale – qu’il remercie et salue au passage – à participer à cette mobilisation pour le renforcement de la cohésion sociale et le vivre ensemble, le Premier ministre a déclaré ouverts les travaux de ce symposium.

Il faut noter que le Premier ministre malien qui était supposé prendre part à cette rencontre, n’a pas été aperçu par les Hommes de médias.

 

 

Soyez le premier à commenter sur "Symposium régional de Ouagadougou : Renforcer la cohésion sociale et le vivre ensemble dans l’espace G5 Sahel"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

8 + 17 =