Société et religion : la culture du civisme à l’ordre du jour !

La Coordination Islamique des Jeunes Musulmans pour la Promotion de la Paix (C.I.J.P.P) a réussi le pari d’organiser sa « Grande Conférence Islamique 2017 », la première du genre. C’était ce dimanche 08 janvier 2017, au Palais des Sports de Ouaga 2000, sous le thème, « Unification de la jeunesse musulmane pour la culture du civisme et la préservation de la paix au Burkina Faso ».

C’est Cheikh Docteur Khalid Sana qui a eu la charge de présenter ce thème combien évocateur, un thème plus que d’actualité. Et pour l’écouter, le public musulman n’a pas marchandé sa participation, tellement le palais des sports était noir de monde.

Mais avant, il y eut un cérémonial fait de dou’as et d’allocutions. Ce faisant, après la lecture inaugurale du Saint Coran, les personnalités suivantes ont tour à tour pris la parole. Ce sont : le représentant du Président de la Fédération des Associations Islamiques du Burkina (F.A.I.B), Cheikh Souleymane Konfé, le Chargé des Affaires du Ministère de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la sécurité intérieure (M.A.T.D.S.I), Dramane Sanou, le représentant de la Commission catholique pour le dialogue islamo-chrétien, Thomas D’Aquin Somé et, enfin, celui du Morho Naaba qui, par ailleurs, est le parrain de la cérémonie. De leurs interventions respectives, tous ont appelé de leurs vœux le dialogue, l’entente, la cohésion, le vivre-ensemble ; bref, l’union et la paix dans notre cher pays.

Le décor ainsi planté, le clou de la rencontre a débuté à partir de 10h 56mn avec l’entrée sur scène du Conférencier du jour. Le Cheikh Docteur Khalid Sana, faut-il le rappeler, est titulaire d’un deuxième doctorat dont il a présenté et soutenu la thèse le mois dernier en Turquie. C’est auréolé d’un tel titre qu’il fut accueilli comme il se doit par ce public des grands jours.

A l’entame de sa communication, après les traditionnelles louanges d’Allah et de Son prophète, l’érudit a rendu grand hommage au Morho Naaba qui a fait de l’éducation de la jeunesse dans notre pays son cheval de bataille. Il n’a pas manqué non plus de saluer la présence marquée des savants et autres dignitaires du monde musulman national venus honorer la cérémonie.

Ceci dit, le communicateur a mis l’accent successivement sur la place de l’éducation dans le devenir des individus et des sociétés, l’impérieuse nécessité du respect et de la tolérance mutuels entre les différentes obédiences de la grande communauté musulmane nationale et, enfin, le rôle des anciens. S’agissant justement de ces derniers, il a invité la jeunesse musulmane à boire à la bonne source intarissable de la sagesse des vieux marabouts. Mieux, la génération présente ne saura avancer sans se référer à la précédente. Une illusion que de croire cela, foi du Conférencier.

Il fera une mention spéciale de la commémoration de la naissance du Prophète Muhammad, appelée communément « mouloud ». Ce sujet, en effet, divise le monde musulman au-delà de nos frontières. Mais de l’avis du Cheikh Docteur Khalid Sana, à l’origine de cette discorde, il y a simplement un manque de tolérance de la différence de part et d’autre.

Aussi, a-t-il appelé les jeunes au respect des valeurs telles que le civisme, la bonne parole, l’écoute mutuelle, l’acceptation de la différence et le respect de l’autre. Et à l’endroit des associations et regroupements islamiques, il a fait invite à l’observation de la discipline du groupe et l’écoute des leaders.

A la suite de la CIJMPP, disons : « Vivons ensemble dans la paix », au-delà des différences qui puissent exister entre les divers mouvements et associations qui forment la communauté des musulmans sous nos cieux !

Adama Zongo

 

Soyez le premier à commenter sur "Société et religion : la culture du civisme à l’ordre du jour !"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

dix-neuf − 3 =