Situation sécuritaire au Burkina : pour lutter contre le terrorisme, il faut mettre la main à la poche

Depuis quelques années, le Burkina Faso est devenu la cible des individus armés non identifiés qui ne cessent d’endeuiller le pays ainsi que de nombreuses familles. Le terrorisme est en train de prendre une recrudescence inquiétante au Burkina Faso. Le plus important, c’est de combattre également en mettant la main à la poche.

Vaincre le terrorisme ne doit pas se baser uniquement aux dialogues et aux consignes sécuritaires. Il faut songer à utiliser de grands moyens comme des armes adéquates pour chaque situation. Les parties « nord » et « est » du Burkina semblent en particulier être le point focal de ces attaques. Prendre des mesures de précaution, c’est bien mais utiliser des moyens lourds et efficaces, est encore meilleur. C’est ainsi qu’il faut doter les FDS de matériels adéquats car c’est l’absence de ces matériels, qui cause la perte en vie humaine notamment lors des explosions. Notons qu’au Burkina, des véhicules de patrouille non adéquats, ont sauté sur des mines artisanales suscitant de nombreuses pertes en vie humaine du côté des forces de défense et de sécurité (FDS).

En effet, le pays peut remédier à cette situation dramatique si les véhicules de patrouille actuels sont remplacés par des blindés anti-mines. Cela nécessite beaucoup de moyens financiers mais on ne peut pas vaincre le terrorisme sans mettre la main à la poche. D’aucuns diront que le Burkina Faso manque d’un budget consistant pour s’en procurer. Mais, si de grands projets arrivent à se réaliser dans le pays alors obtenir vaillamment ce matériel de combat peut être également une réalité.

Le MRAD Mine Resistant Ambush Protected, le Bushmaster, le Kale sont entre autres, des véhicules conçus spécialement pour résister aux engins explosifs improvisés et aux embuscades. Ces véhicules sont dotés d’une caisse monocoque en V qui permet de dévier la puissance d’une déflagration vers l’extérieur du véhicule afin de protéger les occupants. Son blindage assure une protection contre les armes légères. Ils ont été conçus pour mettre fin à la mort des soldats, causée par les mines et les embuscades. Le plus léger d’entre eux, pèse 14 tonnes. Ils sont actuellement utilisés dans les pays en situation de conflits par les forces militaires. Les différents modèles permettent de s’adapter au milieu. L’acquisition de ces véhicules permettra de combler le déficit matériel en matière de lutte contre le terrorisme au Burkina Faso.

1 Commentaire sur "Situation sécuritaire au Burkina : pour lutter contre le terrorisme, il faut mettre la main à la poche"

  1. hélas, l’on a préféré doter les ministre en talismans et les V8.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

un + 3 =