Burkina : lancement d’un projet pour soutenir la cohésion sociale et la consolidation de la paix

 

Ce jeudi 06 février 2020, s’est tenue la cérémonie de lancement du projet « jeter les bases d’une paix durable : Analyse participative des facteurs de conflits et sources de résilience au Burkina Faso » à Ouagadougou. Il s’agit d’un projet financé à hauteur de 500 000 euros par le ministère des affaires étrangères du Royaume des Pays Bas.

En effet, ledit projet vise à soutenir la cohésion sociale et la consolidation de la paix par le biais de processus de dialogues inclusifs tournés non seulement, vers la production d’analyses mais aussi la prise d’actions participatives du niveau communautaire au niveau politique.

Interpeace est une organisation internationale qui vise la cohésion sociale, la consolidation de la paix dans le Monde à travers ses programmes. Avec plus de 25 années d’expérience dans différents pays en conflit, elle a décidé d’intervenir au Burkina Faso, notamment au sahel et à l’Est qui sont en proie à des attaques terroristes. Le rôle de Interpeace au Burkina Faso, selon la représentante régionale d’Interpeace pour l’Afrique de l’Ouest, Alessia Polidoro, est d’écouter les populations les plus concernées par les tensions intercommunautaires, faciliter les réflexions et les appuyer dans la mise en œuvre de solutions concrètes et concertées à travers un processus de dialogue national inclusif et participatif. Alessia Polidoro est convaincue qu’il est possible de restaurer la paix au Burkina Faso. C’est en ce sens qu’elle a invité l’ensemble des acteurs de la communauté nationale et internationale à se donner la main, dans un élan coordonné pour apporter les réponses appropriées aux préoccupations des burkinabè.

« On ne peut pas faire la paix sans les communautés. Je souhaite que les projets qui nous proposent des choses, puissent veiller à la solidarité entre les familles d’abord. C’est de la solidarité entre les communautés que va venir la paix », a déclaré le président du conseil régional de la chefferie coutumière et traditionnelle.

A en croire Vincent Sawadogo, directeur de cabinet du ministre d’Etat, ministre de l’administration territoriale, de la décentralisation et de la cohésion sociale, l’expérience de Interpeace est de faire en sorte que les débats viennent de la base. Depuis la base, Interpeace va donc tourner pour recueillir les informations que les populations vont donner, et essayer de faire en sorte qu’il y ait une paix durable au Burkina Faso. Cette méthode a été encouragée par Vincent Sawadogo en ce sens que les informations recueillies proviennent du tréfonds du Burkina Faso.

Soyez le premier à commenter sur "Burkina : lancement d’un projet pour soutenir la cohésion sociale et la consolidation de la paix"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

six − 3 =