Sit-in: une faible mobilisation face à un phénomène redoutable

La violation de la loi portant règlementation des heures de circulation des camions poids lourds cause la perte en vie humaine des usagers de la route dans la capitale burkinabè. Et comme prévu, le sit-in contre la circulation de ces camions en question, initié par le conseiller municipal, Yiyé Constant Bazié, s’est déroulé samedi 11 mai 2019 à la place de la Nation de Ouagadougou.

Le sit-in contre la circulation des camions poids lourds dans la ville aux heures défendues par la mairie, a eu lieu le samedi matin à la place de la nation. Sur les pancartes,  l’on pouvait lire des notes comme « non aux cercueils ambulants », parlant justement des “camions terroristes  ou assassins“ présents dans la capitale. Mais que veulent concrètement ces manifestants ? Ils veulent tout simplement manifester pour que la loi soit appliquée. La grande surprise ici, c’est qu’on pouvait compter ceux qui sont présents au bout du doigt. Par conséquent, le mot d’ordre a été boycotté. Qu’est-ce qui s’est réellement passé ? Puisque, même une tête d’élève n’a été aperçue. Pourtant, c’est eux qui sont les victimes quotidiennes du phénomène. Dans cette optique, Yiyé Constant Bazié de ses explications, ne mâche pas ses mots. A l’écouter, c’est « une manœuvre politicienne qui a démotivé la population et surtout les élèves à ne pas participer ». Comme si ça ne suffisait pas, dans la soirée de ce même samedi 11 mai, une fille a été victime d’un accident causé par un camion poids lourd qui lui a coûté la vie. Telle est la preuve que la question de l’interdiction de la circulation des poids lourds aux heures non autorisées, est un problème à prendre à bras le corps. Malheureusement, on est tenté de dire que nos autorités sont à la fois sourdes et aveugles sur la portée des accidents ‘’sê pa sèta’’ ou sempiternels.

Ce qui est sûr, il revient à l’Etat de trouver des solutions idoines pour diminuer un tant soit peu les “crimes“ de ces camions-là dans la ville. Les camions poids lourds faut-il le rappeler, sont autorisés à circuler de 20 heures à 5 heures du matin. Sinon, tout camion aperçu en pleine journée sera bloqué par la police.

Soyez le premier à commenter sur "Sit-in: une faible mobilisation face à un phénomène redoutable"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

3 + 3 =