« Si rien n’est fait dans deux, trois ans, les retraités ne seront pas payés », dixit le président de l’UAS

 

Le chef de file de l’Opposition politique, Zéphirin Diabré a reçu en audience une délégation de l’Unité d’action syndicale (UAS), ce vendredi 27 décembre 2019 à Ouagadougou, avec à sa tête Bassolma Bazié, Président du mois de cette unité. C’était l’occasion pour les deux parties, d’échanger sur des préoccupations qui engagent l’ensemble des Burkinabé.

Lors de cette audience, plusieurs points d’intérêts dont entre autres le code pénal, le vote des lois, le code du travail, la loi portant création des associations, la violation de la convention 97 ; 98, etc. ont été abordés. « La loi du code du travail est une loi esclavagiste qui limite les dommages et intérêts en cas de licenciements, qui clochardise le travailleur parce qu’il est placé comme un esclave », dixit Bassolma Bazié avant d’ajouter que « tous ces éléments qui ont été évoqués, sont des acquis démocratiques qui ont été arrachés de haute lutte par nos devanciers et nous qui tenons le flambeau aujourd’hui, nous n’avons pas le droit de faiblir. Si nous ne faisons pas mieux que nos devanciers, nous devons faire en sorte à ce qu’on puisse sauvegarder les acquis qu’ils ont arrachés. » Il a appelé les représentants du peuple qui sont à l’Assemblée nationale, d’ouvrir l’œil afin que le patrimoine national ne soit pas pris en otage. « Nous ne sommes pas contre le paiement des impôts (…) Mais ce que nous exigeons du gouvernement, c’est d’annuler le prélèvement de l’IUTS sur les primes et indemnités dans le privé et le parapublic », a-t-il ajouté. La mauvaise gestion, selon monsieur Bazié, est telle que si rien n’est fait dans deux, trois ans, les retraités ne seront pas payés.

Selon Traoré Nongo Grégoire, Secrétaire général du syndicat national des agents des impôts et du domaine, « ce gouvernement excelle dans la création des taxes mais reste très médiocre dans la lutte contre la corruption et dans la gestion transparente des dénis publics. » Pour lui, ces derniers temps, beaucoup de taxes ont été créées et pèsent généralement sur les travailleurs. Il soutient donc les propos de Bassolma Bazié qui dit qu’il faut laisser les travailleurs tranquilles, il ne faut pas créer des conditions qui les assassinent. «Dans la loi des finances, le gouvernement a fait des propositions de relèvement mais cela est juste une duperie car cela ne profite en rien aux travailleurs. Techniquement, leurs salaires diminueront », a-t-il conclu.

D’une manière générale, la visite de l’UAS au CFOP entre dans le cadre d’une franche collaboration et de concertation entre cette unité et l’Opposition politique. Le chef de file de l’Opposition politique Zéphirin Diabré, tout en saluant l’initiative de l’UAS, a souhaité que ce type de rencontre soit inscrit dans un cadre périodique pour l’intérêt supérieur du peuple et des travailleurs en particulier.

 

 

 

 

 

 

Soyez le premier à commenter sur "« Si rien n’est fait dans deux, trois ans, les retraités ne seront pas payés », dixit le président de l’UAS"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

quinze + quinze =