Secteur de l’énergie : L’ARSE présente le contenu de son rapport de 2018

 

L’Autorité de régulation du secteur de l’énergie (ARSE) a tenu une conférence de presse ce mardi 08 janvier 2020 à Ouagadougou.  Cette conférence est une occasion pour  l’ARSE de présenter le contenu de son rapport d’activités  2018 aux hommes et femmes de médias. Cette présentation vient après celle adressée au Premier ministre par la présidente de l’ARSE le 31 décembre dernier. Des recommandations ont été préconisées aussi bien à l’endroit du gouvernement qu’à l’endroit des opérateurs du secteur de l’énergie.

Le rapport 2018 de l’ARSE est organisé autour de quatre parties dont la première présente l’ARSE à travers ses missions et son organisation, la deuxième présente le secteur de l’énergie à travers le cadre juridique et institutionnel, la troisième porte sur les activités réalisées par l’ARSE en 2018 et la dernière présente l’état du secteur de l’énergie. Plusieurs activités ont été réalisées par l’ARSE en 2018 au titre du conseil de régulation,  du règlement des litiges, du contrôle et du suivi des activités des opérateurs…

Selon le rapport, même s’il y a eu une amélioration visible sur certains plans comme le réseau des transports, la situation économique et financière, sur certains domaines il reste beaucoup à faire. En effet, au plan de la production, il n’y a pas eu de renforcement du parc de production. La puissance installée est restée inchangée. En outre, la quantité de l’énergie non distribuée a connu une hausse en 2018. Elle est passée de 30GWh en 2017 à 48GWh en 2018. La qualité du service s’est  donc dégradée de 2017 à 2018 ce qui a valu une perte de 4,8 milliards de FCFA pour la SONABEL et  plus de 48 milliards pour l’économie nationale.

Selon Mariam Nikièma, présidente de l’ARSE, le secteur de l’énergie a été caractérisé en 2018 par des faiblesses dont entre autres, l’insuffisance des investissements, l’absence de réserve de production, la forte dépendance à l’égard des énergies fossiles importées, le coût élevé du KWh d’origine thermique diésel qui influence négativement la compétitivité des entreprises, et la faible valorisation des ressources énergétiques endogènes. Par ailleurs,  l’ARSE a été confrontée en 2018 à des difficultés liées essentiellement  à l’insuffisance des ressources financières, la gestion financière et comptable, l’adoption des textes d’application portant règlementation générale du secteur de l’énergie.

Les recommandations formulées par l’ARSE à l’endroit du gouvernement sont entre autres, le financement des activités de régulation, le pouvoir d’autorité concédant des titres d’exploitation, l’accélération de la prise des textes restants en application de la loi n 014-2017, le pouvoir de fixation des tarifs de l’électricité. A entendre Mariam Nikièma, il est indispensable de conférer le pouvoir de fixation des tarifs au régulateur en raison de son indépendance et de sa qualité d’arbitre du secteur de l’énergie. A l’endroit des opérateurs du secteur de l’énergie, l’effectivité de la séparation comptable de la SONABEL , et le paiement de la redevance par les opérateurs du secteur de l’énergie, sont recommandés.

 

Biba DERRA

Soyez le premier à commenter sur "Secteur de l’énergie : L’ARSE présente le contenu de son rapport de 2018"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

13 − sept =