Révolution d’août 1983 : 34 ans après, que retenir ?

4 août 1983 , 4 août 2017, cela fait 34 ans que le Burkina Faso entrait dans une Révolution. Conduite par le Capitaine Thomas Isidore Noel Sankara, cette Révolution était l’aboutissement d’une insurrection enclenchée le 17 mai 1983 d’après feu Valère Somé. A l’occasion de cet anniversaire, le Comité international Mémorial Thomas Sankara a animé une conférence débat ce 4 août 2017 à Ouagadougou. Il s’agit pour les organisateurs de marquer d’une pierre blanche cette date qui a marqué le pays.

Le nom du pays, jadis appelé Haute Volta ainsi que l’Armoirie ont été changé dès l’avènement de la Révolution d’août 1983. Pour marquer cette date historique, le Comité International pour le Mémorial Thomas Sankara a engagé une journée de rencontre avec les jeunes pour partager avec eux des informations sur la Révolution d’août 1983 mais aussi mener des débats inter actifs avec eux.

D’après Jean Hubert Bazié, Député à l’Assemblé nationale, le Salon International de l’Artisanat de Ouagadougou (SIAO), le Tour du Faso, la Semaine Nationale de la Culture (SNC), etc, sont des œuvres de la Révolution. Directeur de l’information de la Présidence, et Directeur de publication du journal « L’intrus », M. Bazié indique lui aussi que la Révolution a commencé bien avant le 4 août 1983. En effet, le mouvement doit être défini en 3 trois temps : Avant, Pendant et Apràs. Il affirme que le fait marquant est la nomination de Thomas Sankara comme Secrétaire d’Etat à l’information qui est son entrée véritable dans la politique.

Le président du Comité de Défense de la Révolution (CDR), le Capitaine-médecin Abdoul Salam Kaboré a infirmé les allégations comme quoi, les CDR seraient la tache noire de la Révolution. « Les CDR étaient là pour faire de bonnes actions et défendre la Révolution. Il y avait des CDR de quartier, des CDR de village et ceux des services », darde-t-il. Il ajoute que sans les CDR, beaucoup d’acquis engrangés ne seraient pas possible.

Surnommé « M. vaccination commando », car initiateur des campagnes de vaccination sous la Révolution, intitulé « vaccination commando », l’ex ministre de la santé sous la révolution Abdoul Salam Kaboré reconnait cependant que dans chaque regroupement il y a des brebis galeuses si bien que le Capitaine Thomas Sankara a dû taper du poing sur la table pour redresser certains CDR « brouette » selon les mots de M. Kaboré.

Plus de 30 ans après, Thomas Sankara reste un mythe mais aussi et surtout une référence en matière de vision et de force de propositions pour tous les peuples en lutte pour leur liberté, leur justice et pour le progrès en tant que socle d’un véritable démocratie.

Soyez le premier à commenter sur "Révolution d’août 1983 : 34 ans après, que retenir ?"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

4 × deux =