Résultats des suivi-contrôles des IPES : ESMI ,IST et ESPK classés parmi les instituts de très bonne qualité

Comme en 2017, les Institutions privées d’enseignement supérieur (IPES) du Burkina Faso ont été soumises à un contrôle pour l’année 2018. Les résultats comparés à ceux de l’année passée présentent une nette progression. La notation a été faite sur des critères à base d’un interrogatoire. Déroulé entre février et avril, c’est au total 123 IPES qui ont été répertoriées mais les 12 IPES ouvertes en 2017 n’ont pas fait objet de contrôle. Il s’agit de 11 universités et 100 instituts et écoles qui ont été contrôlés

L’organisation et la gestion administrative, les infrastructures et l’équipement, l’organisation et la gestion financière, l’organisation et la gestion pédagogique puis l’environnement de la recherche sont les différents critères auxquels se sont basés les contrôleurs du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique pour évaluer la qualité de l’enseignement supérieur privé au Burkina. Au total, 31 visites ont été effectuées pour constater l’ouverture des IPES nouvellement agrées et pour suivre la mise en application des recommandations de 2017 dans certains instituts.

À l’issue des contrôles, on dénombre au compte des universités privées du Burkina 3 de bonne qualité, 3 d’assez bonne qualité, une de moyenne qualité et 3 suspendues. Pour les instituts et écoles, on a 9 de très bonne qualité, 25 de bonne qualité, 23 d’assez bonne qualité, 15 de qualité moyenne, 5 de mauvaise qualité, 4 de très mauvaise qualité, 31 non classés. Pour les non classés, il s’agit d’institut ou école introuvable, clandestin, nouvellement ouvert, pas de personnes ressources pour fournir les informations, institut fonctionnant comme une université…

Les irrégularités décelées sont entre autres, les inscriptions sans diplôme requis, l’ouverture de filière sans autorisation, l’absence d’équipements de travaux pratiques nécessaires pour les filières techniques et professionnelles, les professeurs sans autorisation d’enseigner dans les établissements d’enseignement supérieur, des enseignants sans le niveau requis pour enseigner dans le supérieur. Toutefois, le volet de recherche n’est pas bien développé dans les universités. Ils ont félicité les IPES qui se sont dotées de matériels ou d’activités pour le bien être des étudiants.

Trois premières universités de bonne qualité, selon le rapport de 2018

Université Saint Thomas d’Aquin USTA

Université Ouaga 3S

Université Aube Nouvelle

Trois premiers Instituts ou école de très bonne qualité, selon le rapport de 2018

École Supérieure de Microfinance (ESMI)

Institut Supérieur de Technologies (IST)

École Supérieure Polytechnique de Kaya (ESPK)

Télécharger le rapport ici

 

 

Soyez le premier à commenter sur "Résultats des suivi-contrôles des IPES : ESMI ,IST et ESPK classés parmi les instituts de très bonne qualité"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

cinq × cinq =