Réconciliation nationale : Les rencontres du MPCRN se poursuivent

 

Le président de la Fédération des églises et missions évangéliques (FEME) du Burkina Faso, a reçu en audience une délégation du Mouvement pour le plaidoyer, la cohésion et la réconciliation nationale (MPCRN) conduite par sa présidente, Safiatou Lopez, dans la matinée de ce lundi 24 février 2020 à Ouagadougou. Cette rencontre a eu comme point d’échange, la question de la cohésion et de la réconciliation nationale.

Après l’Autorité supérieure de contrôle d’Etat et de lutte contre la corruption (ASCE/LC), c’est au tour du Président de la Fédération des églises et missions évangéliques, le pasteur Yie Henry, de recevoir la visite de la délégation du MPCRN.  L’objet de cette visite, selon le pasteur, est de voir dans quelle mesure un  dialogue national inclusif pouvait être organisé au niveau de la nation de manière à aller vers la réconciliation et la cohésion sociale. Le pasteur s’est dit très content de cette démarche. Pour lui, pour aller à un dialogue il faut tout d’abord travailler à rallier les cœurs des uns et des autres en rencontrant les uns et les autres, les sensibiliser suffisamment et faire en sorte que les cœurs soient préparés à cette réconciliation. Le mouvement pour lui, est donc sur la bonne voie pour l’atteinte de ses objectifs.

La question sécuritaire a également été évoquée lors de cette rencontre. « Il est important de voir que le Burkina Faso étant touché de cette façon, nous devons cultiver davantage notre unité. Il est important pour tous les Burkinabè de s’unir aujourd’hui car c’est à travers notre union que nous gagnerons la bataille », a laissé entendre le pasteur Yié Henry, convaincu que personne n’étant gagnant dans une guerre, seuls l’union et le dialogue permettront de retrouver la cohésion d’antan. « Ce sont des Burkinabè qui tuent des Burkinabè. Donc au fond, ça veut dire que nous ne sommes pas unis, ça veut dire qu’il y a des problèmes et ces problèmes ne datent pas d’aujourd’hui. C’est des problèmes qui existaient depuis et le terrorisme en a profité », a déclaré Safiatou Lopez. La présidente du MPCRN reste convaincue que le Burkina Faso arrivera à dépasser cela à travers l’unité. Ceci étant un mouvement de plaidoyer, la présidente affirme plaider pour qu’il y ait une date pour l’organisation du dialogue national pour une réconciliation des fils et des filles du Burkina Faso. La liste des concertations reste longue, et Safiatou Lopez est très optimiste quant à l’aboutissement de cette initiative.

Soyez le premier à commenter sur "Réconciliation nationale : Les rencontres du MPCRN se poursuivent"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

9 + 3 =