Recensement fiscal 2019 : les villes de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso sont à l’honneur

Les Agents de la Direction générale des impôts (DGI) ont organisé ce mardi 12 février 2019, une conférence de presse à Ouagadougou pour mettre en exergue la réalisation d’un recensement fiscal comptant pour l’année 2019. En effet, cette opération sera réalisée dans la région du centre et celle des Hauts-Bassins avec la participation citoyenne de la Banque Mondiale.

Du 13 février au 12 avril 2019, la commune de Ouagadougou et les six communes rurales environnantes, puis la commune de Bobo-Dioulasso et les douze communes rurales environnantes connaîtront un recensement fiscal pour l’année 2019. Une opération qui reçoit l’appui du Projet Gouvernance économique et la participation citoyenne de la Banque mondiale, en vue de l’élargissement de l’assiette fiscale.

Il faut noter que le recensement fiscal est l’action de l’administration fiscale par laquelle, sont collectées chaque année, des informations dans le but de réunir les renseignements indispensables pour permettre la mise à jour de la situation fiscale de tous les contribuables ayant leur domicile fiscale ou leur séjour habituel sur le territoire. Ce recensement permet d’élargir l’assiette fiscale par la détection de nouveaux contribuables, en exemple et d’avoir un recouvrement optimal des recettes fiscales.

Pour l’exécution de cette mission, selon Jean Paul GALBANI Directeur régional des impôts du centre, un prestataire IBG (International Business Group) a été recruté. Cela consiste pour l’administration à aller sur le terrain pour identifier puis dénombrer des personnes imposables, parfois évaluer les éléments économiques soumis à l’impôt et les personnes qui doivent supporter cet impôt. « Le recensement fiscal envisagé se veut être une activité importante de collecte d’informations qui va au-delà des informations traditionnelles » , a-t-il laissé entendre.

Pour lui, cette activité s’appuiera essentiellement entre autres sur « la base de données des titres fonciers et des parcelles attribuées, qui sera mise à la disposition du prestataire; l’utilisation des TIC pour la collecte des données; une communication efficiente et une base de données adaptée puis exploitable au terme de l’activité » .

Pour mener à bien la collecte des données sur le terrain, 250 agents recenseurs ont été recrutés sous la responsabilité du prestataire, le cabinet IBG soit 150 agents à Ouagadougou et 100 à Bobo-Dioulasso et seront encadrés par des coordonnateurs, superviseurs, contrôleurs qui sont des cadres de la Direction générale des impôts (DGI).

D’une manière globale, selon monsieur GALBANI, « l’objectif de ce recensement est de permettre à la DGI d’avoir une connaissance du potentiel fiscal de la région du centre et celle des Hauts-Bassins, la maîtrise de l’assiette fiscale ainsi que l’établissement des impositions en vue d’accroître les recouvrements des impôts et taxes » . Cette mission permettra d’identifier et d’immatriculer tous les contribuables des deux villes et notamment ceux du secteur informel en vue donc, d’accroître le taux d’immatriculation et par la suite celui des impositions et de recouvrement de l’impôt appelé « contribution des micro entreprises (CME) » .

Soyez le premier à commenter sur "Recensement fiscal 2019 : les villes de Ouagadougou et de Bobo-Dioulasso sont à l’honneur"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

quatorze − douze =