Recensement au Burkina : prendre en compte toutes les composantes de la société pour un RGPH inclusif

 

Dans le cadre du 5ème Recensement général de la population et de l’habitation, le ministère de la femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire a tenu une conférence de presse ce jeudi 5 décembre 2019 à Ouagadougou. Cette conférence est consacrée au 5ème RGPH prenant en compte le questionnaire de “Washington group“ pour la réussite inclusive de cette activité.

La question des personnes handicapées est de plus en plus abordée en Afrique et au Burkina Faso. En effet, le Burkina a, depuis un moment, lancé son 5ème recensement de la population. Afin de permettre la bonne réussite de ce recensement, il est impératif de prendre en compte les personnes handicapées, composante de la population. C’est dans cette logique, que le ministère en charge de la femme a tenu cette conférence pour insister sur la nécessité de prendre en compte ces personnes vivant avec un handicap.

1,20 % de la population vivait avec un handicap, selon les données du recensement général de 2006. Sur un autre recensement général des enfants handicapés tenu en 2013, il est ressorti que 79 617 enfants de 0 à 18 ans sont des handicapés. Cependant, selon les acteurs du domaine du handicap, ces chiffres sont en deçà des réalités sur le terrain. D’après la ministre de la femme, Hélène Marie Laurence Marshall /Ilboudo, « ces insuffisances constatées en matière de données sur le handicap s’explique d’une part, par les pesanteurs socioculturelles négatives qui amènent les familles à ne pas déclarer les personnes handicapées et d’autres part, par les outils de collette utilisés. » Pour mieux organiser le développement et structurer l’inclusion des personnes vivant avec un handicap, les ménages doivent prendre en compte toutes les personnes membres de la famille. C’est dans l’optique de faciliter cette prise en compte que le questionnaire de “Washington group“ trouve toute sa pertinence.

Le questionnaire de “Washington group“ prend en compte six (06) domaines clés de fonctionnalité de l’être humain que sont : La vision, l’audition, la cognition/concentration, l’auto prise en charge et la communication. D’après la ministre, c’est une question assez sensible et il ne faut pas qu’une personne se sente à la marge du recensement parce qu’elle a “un souci“ . Prendre en compte tout le monde, c’est permettre une inclusion effective de tous et de mieux s’orienter sur une prise de décision dans le sens de favoriser le développement du pays.

Pour permettre le succès du RGPH inclusif, le ministère en charge de la femme a bénéficié d’un appui financier de l’UNICEF. Ainsi, ledit ministère entend organiser après cette conférence de presse, des sorties d’appui pour la formation des agents recenseurs sur le questionnaire du “Washington group“ dans les 45 provinces. En plus de cela, il compte organiser également des sorties de suivi-supervision de l’opération de recensement.

La ministre a terminé son propos en invitant l’ensemble des acteurs du domaine du handicap, les organisations des personnes handicapées, les Organisations de la société civile (OSC), les leaders religieux et coutumiers, et toutes les personnes de bonne volonté, à prendre toutes les initiatives appropriées et à s’investir pleinement avec détermination et méthode, pour sensibiliser la population à la mobilisation pour un 5ème RGPH inclusif.

Soyez le premier à commenter sur "Recensement au Burkina : prendre en compte toutes les composantes de la société pour un RGPH inclusif"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

trois × 2 =