Putsch 2015 : le sergent chef Koussoubé Roger alias Touareg se dédouane de la version du Major Eloi Badiel

Le grand déballage se poursuit pour le putsch 2015. Le mardi 10 juillet, c’est au tour du sergent-chef Koussoubé Roger de passer à la barre. Ce dernier poursuivi pour « attentat à la sureté de l’État, meurtre, coup et blessure volontaire aggravé de biens, incitation à commettre des actes contraires au règlement et à la discipline ». Cité par son prédécesseur Eloi Badiel comme l’informateur de la mission, lui il donne plutôt une autre version.

Parmi les chefs d’accusation, il reconnait partiellement les faits qui lui sont reprochés. Selon lui, le 16 septembre, il était en ville et reçoit un appel aux environs de 13heures de l’adjudant Jean Florent Akowé Nion l’invitant à le rejoindre au palais avec Laholo Mohammed Zerbo et Sami DA, ce qui a été fait. Arrivé au palais, il est passé par le poste perroquet car la porte principale était fermée. Il déclare avoir vu le major Badiel et des véhicules qui emmenaient les autorités de la transition. Un ordre a été alors donné par le major Badiel, d’aller chercher le général. Il y avait Rambo, Nion et Birba dans le véhicule pour exécuter cet ordre. Nion qui l’avait appelé lui dit « il s’agit d’une énième crise » et « qu’on devait aller chercher le général ». Sa version des faits prouve qu’il n’est pas le commanditaire de l‘ordre.

Le crime reconnu par l’accusé du jour, est la dégradation des biens. Sa visite à Savane Fm était par simple curiosité « j’ai débranché une unité centrale, une clé USB et d’autres matériels que j’ai amenés au camp ». Il reconnait aussi avoir eu trois missions : « celle donnée par Keré pour escorter l’ancien président Jean Baptiste Ouédraogo, celle du major Badiel pour dégager les barricades au niveau de l’IAM, CFAO et SIAO et la dernière pour sécuriser la zone de l’hôtel Libya ». Pour ses avocats, Me Alexandre Sandwidi et Me Michel Traoré, les déclarations de leur client montrent « qu’il n’a jamais reçu l’ordre d’arrêter les autorités de la transition pour remettre à qui que ce soit. Il n’a jamais participé à une réunion ».

Le sergent-chef, Koussoubé Roger fait d’autres révélations concernant le RSP. Touareg dévoile qu’il existait trois groupes au sein du RSP et non deux : Un premier groupe resté fidèle au corps, le deuxième travaillant pour Isaac Zida et le troisième, fidèle à Djibril Bassolé. Quant à lui, il appartenait au premier groupe mais dévoile également qu’il était un agent de renseignement pour Issac Zida par le canal du capitaine Flavien Kaboré. Il a même affirmé avoir reçu une somme de huit (08 ) millions de FCFA, versée par deux tranches.

Soyez le premier à commenter sur "Putsch 2015 : le sergent chef Koussoubé Roger alias Touareg se dédouane de la version du Major Eloi Badiel"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

treize + 17 =