Promotion de la culture « qualité » au Burkina : Une double manifestation pour récompenser les efforts des entreprises

 

Les responsables du ministère du commerce, de l’industrie et de l’artisanat en collaboration avec des partenaires, ont organisé une conférence de presse dans l’après-midi de ce lundi à Ouagadougou. En effet, il s’est agi d’annoncer la tenue d’une double manifestation qui invite les entreprises nationales à compétir pour prouver la qualité de leurs produits.

Face aux Hommes de Médias ce lundi 07 octobre 2019, le ministère du commerce, de l’industrie et de l’artisanat en collaboration avec l’Agence burkinabè de normalisation, de la métrologie et de la qualité (ABNORM) et l’Association burkinabè pour le management de la qualité (ABMAQ), a annoncé la tenue du Prix Burkinabè de la Qualité (PBQ) et des Journées Nationales de la Qualité (JNQ).

En effet, les 29èmes Journées nationales de la qualité (JNQ) et la 8ème édition du Prix burkinabè de la qualité (PBQ) se dérouleront du 15 au 18 octobre 2019 au Palais de la culture de Bobo-Dioulasso. Placées sous le Très haut patronage du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, sous la présidence du ministre du commerce, de l’industrie et de l’artisanat, Harouna Kaboré, et sous le Co-parrainage du président de l’Assemblée consulaire régionale des Hauts-Bassins et du Directeur général de la Société Burkinabè des Fibres Textiles (SOFITEX), cette double manifestation a pour thème : « Faire de la culture qualité le levier de la transformation structurelle de notre économie » .

Organisé par l’ABNORM, le Prix burkinabè de la qualité (PBQ) récompense les efforts des entreprises qui s’illustrent de façon positive en matière de qualité et ce après une évaluation basée sur des référentiels harmonisés au niveau national. A l’instar des éditions passées, 12 prix dont quatre par catégorie seront décernés aux entreprises lauréates. Il s’agit notamment du « Prix Bronze » ou prix d’engagement dans la qualité, « Prix Argent » ou prix de la maîtrise de la qualité, « Prix Or » ou prix d’encouragement à l’excellence et du « Prix Diamant » ou prix d’excellence dans la qualité. Il faut noter qu’en sus de ces prix, des prix spéciaux pourraient être aussi décernés.

Quant au prix de la productivité décerné par l’ABMAQ à l’occasion des JNQ, il est à sa 4ème édition et a pour objectif global d’encourager et stimuler les best business practices, afin d’atteindre une plus grande productivité et compétitivité, de promouvoir l’utilisation des outils économiques et d’évaluation de la productivité en vue d’améliorer la gestion stratégique et de reconnaître l’excellence parmi ses entreprises membres. A cet effet, l’ABMAQ suivant sa mission de promotion de la Qualité et de la Productivité, veut récompenser les initiatives positives et mesurables des entreprises privées comme publiques par l’introduction de nouveaux services ou encore par l’amélioration de la qualité des services existants. Cependant, trois (03) prix sont attribués aux entreprises. Il s’agit notamment du « Prix d’Engagement dans la Productivité » , le « Prix d’Encouragement à la Productivité » et le « Prix d’Excellence dans la Productivité » .

Selon Boubacar Traoré, Secrétaire général du ministère du commerce, de l’industrie et de l’artisanat, le coût du budget global de ces deux évènements (PBQ/JNQ) est estimé à 97 837 500 FCFA et est financé par l’État burkinabè, les sponsors et partenaires, l’ABNORM et l’ABMAQ. Pour lui, le PBQ et les JNQ offrent un cadre d’échanges et de partage d’expériences entre les gouvernants, les politiques, les décideurs, les services publics, les entreprises privées, les producteurs, les consommateurs, les structures d’appui, les étudiants, etc.

Il a précisé qu’au total, 20 entreprises sont en lice sur trois (03) catégories. Il faut noter que chaque entreprise, selon son effectif du personnel, appartient à une catégorie correspondante. Ce qui fait que les frais d’inscription varient selon la catégorie de l’entreprise. Pour la catégorie C, c’est-à-dire les entreprises qui ont un effectif de moins 20, il faut payer 75 000 FCFA pour les frais d’inscription. Avec quatre (04) prix à décerner dans cette catégorie, il y a seulement deux (02) entreprises inscrites.

Pour la catégorie B, c’est-à-dire des entreprises qui ont un effectif de 20 à 100, il y a 13 entreprises inscrites avec 125 000 FCFA comme frais d’inscription. Et enfin pour la catégorie A, c’est-à-dire des entreprises qui ont un effectif supérieur ou égal à 100, il y a cinq (05) entreprises inscrites avec 300 000 FCFA comme frais d’inscription pour chaque entreprise. Selon monsieur Traoré, il y a du potentiel mais des efforts doivent être fournis davantage afin de travailler à faire en sorte que plusieurs entreprises puissent accéder à cette compétition.

Par ailleurs, les objectifs ou résultats attendus de l’organisation du PBQ et des JNQ sont entre autres, la promotion de la culture qualité au sein de la population, encourager la mise en place de la démarche qualité dans les organismes, reconnaître les mérites des organismes privés et publics performants au plan national, etc. Quant aux activités prévues au cours de ces journées, ce sont les formations, les sensibilisations, les panels, les conférences, les partages d’expériences et réseautage, les visites d’entreprises, les expositions, etc.

Soyez le premier à commenter sur "Promotion de la culture « qualité » au Burkina : Une double manifestation pour récompenser les efforts des entreprises"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

dix + 7 =