Projet de développement au Burkina : environ 38 milliards de F CFA pour booster l’énergie et l’agriculture

Le ministre burkinabè de l’Economie, des finances et du développement, Lassané Kaboré et le Directeur de l’Agence Française de Développement (AFP), Tanguy Denieul ont procédé, mardi, à la signature de trois conventions de financement d’un montant total de 58 millions d’euros, soit environ 38 milliards de francs CFA.

Ce mardi 12 mars 2019 à Ouagadougou en présence de son Excellence M. Xavier Lapeyre De Cabanes, Ambassadeur de France au Burkina Faso et de monsieur Beaumond Hans-Christian, Représentant la délégation de l’Union européenne au Burkina Faso, s’est tenue la signature des trois conventions relatives à deux projets de développement, inscrits dans la matrice des investissements structurants du Plan national de développement économique et social (PNDES), adopté en 2016 par le Gouvernement burkinabè. Il s’agit notamment du Projet régional d’interconnexion électrique (Dorsale Nord) et du Projet d’agriculture contractuelle et transition écologique (PACTE).

Les deux premières conventions signées, sont relatives au projet régional d’interconnexion électrique (Dorsale Nord) qui s’inscrit dans le cadre du système d’Echange d’énergie électrique ouest africain (EEEOA) dont le coût global à l’échelle régionale est estimé à près de 600 millions d’euros. En effet, le coût total du projet pour le Burkina Faso est d’environ 260 millions d’euros (41% du coût régional). Les financements seront apportés par la Banque mondiale (153 millions d’euros), la Banque africaine de développement (59 millions d’euros), l’AFD (30 millions d’euros), l’Union européenne (15 millions d’euros) et l’Etat burkinabè (3,2 millions d’euros). Ce projet prévoit la construction de 381 km de ligne de très haute tension (330 kv et 24 km de ligne 225 kv), la construction également des postes de Ouaga-Est et Sud-Est, puis l’électrification rurale au profit des villages de 500 à 2500 habitants situés sur une bande de 10 km entourant le tracé de la ligne.

La troisième convention signée, est relative au Projet d’agriculture contractuelle et transition écologique (PACTE). Il s’agit d’une subvention d’un montant de 13 millions d’euros, soit 8,56 milliards de F CFA. Ce financement est issu d’une délégation de fonds octroyée par l’Union Européenne à l’AFD, dans le cadre du projet de développement de la valeur ajoutée des filières agricoles (VAFA). L’objectif global de ce projet est de promouvoir la croissance et la diversification de l’offre de produits transformés de qualité, de la part des opérateurs des filières agricoles et répondre ainsi aux besoins et exigences des marchés nationaux, régionaux et internationaux.

Pour Xavier Lapeyre De Cabanes, Ambassadeur de la France au Burkina Faso, le pays bénéficie de tout ce soutien « parce que le Burkina Faso est un partenaire important de la France, particulièrement dans la région sahélienne » .  A en croire monsieur l’Ambassadeur, leur intérêt et leur souhait, c’est d’aider ce pays à être plus stable et à se développer d’où, la raison pour laquelle, ils ont procédé à la signature de ces trois conventions ce matin.

Quant à Bachir Ismaël Ouédraogo, ministre burkinabè de l’Energie, « ce projet que nous venons de signer va, non seulement, être l’opportunité pour le Burkina Faso d’importer de l’énergie à partir du Nigeria mais aussi d’utiliser le même canal pour exporter l’énergie solaire » . Pour le ministre, cette opportunité permettra, l’un dans l’autre, de pouvoir rentrer dans un commerce de l’énergie et de faire de telle sorte que le Burkina puisse avoir un coût du kilowattheure accessible à tout le monde. A entendre monsieur Ouédraogo, ce projet signé permettra également « d’avoir accès à de l’énergie à plus de 50% moins chère que ce que nous produisons sur le plan local » . Par ailleurs, il n’a pas manqué de remercier l’AFD pour cet accompagnement qui permettra réellement de booster l’économie du pays et l’accessibilité à l’énergie.

 

Soyez le premier à commenter sur "Projet de développement au Burkina : environ 38 milliards de F CFA pour booster l’énergie et l’agriculture"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

17 + 11 =