Opération de lutte contre l’incivisme routier : « Le bilan à mi-parcours présente un résultat satisfaisant » selon les responsables de la police nationale

Initié depuis le mois de mai 2016 suite aux cas d’incivismes grandissants des usagers de la route , la police nationale a rencontré la presse ce matin 27 septembre 2016 pour donner l’état d’avancement de l’opération de lutte contre l’incivisme routier mais aussi présenter les difficultés que rencontrent certains agents de police lors de cette mission notamment dans la règlementation de la circulation.

dsc00387« Le feu orange tue plus que le feu rouge au Burkina ». C’est le constat fait par la responsable de la section accident de la police nationale,Pulchérie Domba au cours d’un exposé sur le code de la route qu’elle a présenté lors de la conférence. Elle s’est basée essentiellement sur les cas fréquents d’infractions constatés dans la ville de Ouagadougou pour présenter son exposé. Il s’agit pour elle de la limitation de la vitesse, le carrefour à sens giratoire, les pistes cyclables et chaussées principales et les feux tricolores. Pour la responsable des accidents, « l’incivisme routier réside au non-respect des règles de la circulation ».

dsc00377Le plus grand problème d’incompréhension entre la population et la police se situe au niveau du respect des feux tricolores. Nombreux sont ceux qui ne savent pas ou ignorent que le feu vert ne  donne pas obligatoirement la priorité aux usagers car il arrive parfois que le feu est vert mais la circulation n’est pas dégagé ou fluide selon le commissaire de police Hema Talimon. Dans ce cas de figure, l’usager est tenu de patienter que la voie se vide avant de s’engager.  Quant au feu orange qui ne dure que 5 secondes au maximum, les responsables de la police nationale estiment qu’il serait prudent de marquer un arrêt et attendre le feu rouge que de s’engager. Le feu rouge pour eux signale un danger et tout usager est tenu de le respecter.

dsc00365S’agissant de la limitation de la vitesse, elle est obligatoire pour tous les usagers à l’entrée d’une agglomération et la vitesse maximale imposée est de 50 km/h. Cependant, au regard de certaines circonstances, l’autorité compétente de la commune concernée à l’occurrence le maire pourrait la ramener à moins de 50 km/h. Les pistes ou les bandes cyclables sont exclusivement réservées aux bicyclettes, cyclomoteurs dont la puissance du cylindre est inférieure à 50 cm3  et aux vélomoteurs cylindrée 50 cm3 à 120 cm3. Les chaussées principales sont réservées aux motocyclettes dont le cylindre est supérieure à 120 cm3 et aux véhicules automobiles.

Quant aux difficultés rencontrées au cours de cette opération, on note selon les responsables de la police nationale, l’ignorance de certaines règles du code de la route qui crée des incidents entre les agents chargés de régulariser la circulation et les usagers. Ils appellent les usagers de la route à collaborer avec c es agents qui sont là pour leur sécurité.

Soyez le premier à commenter sur "Opération de lutte contre l’incivisme routier : « Le bilan à mi-parcours présente un résultat satisfaisant » selon les responsables de la police nationale"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

quinze + 1 =