Opération « contrôle spécial de la rentrée scolaire » : Une visite surprise dans les boutiques

 

Le ministère du commerce, de l’industrie et de l’artisanat a organisé dans la matinée de ce jeudi 10 octobre 2019 à travers la brigade mobile de contrôle, une opération contrôle spécial de la rentrée scolaire. A cet effet, en compagnie des Hommes de Médias et de sécurité, des agents ont pu effectuer des visites dans certaines boutiques de la place. Une occasion pour eux de toucher du doigt les réalités du terrain, les prix des différents manuels scolaires.

Avant d’aller sur le terrain, le ministre du Commerce, Harouna Kaboré a pu s’entretenir avec les agents de contrôle, les journalistes et les forces de sécurité. Un bref discours pour situer les uns et les autres de l’importance de cette mission à laquelle, il regrette de ne pouvoir pas prendre part.

« En cette période de rentrée scolaire où la demande en matériel scolaire est forte, certains opérateurs et commerçants profitent de cette situation renchérir les prix des fournitures scolaires pour pratiquer une concurrence déloyale à l’égard de leurs concurrents », a laissé entendre le ministre du commerce, de l’industrie et de l’artisanat. C’est pour cette raison que cette activité est organisée pour identifier ces acteurs. Afin, poursuit-il, de permettre d’une part aux parents d’élèves et aux étudiants de vivre cette rencontre en toute quiétude, et à l’ensemble des acteurs de la chaine de distribution, d’autre part, d’exercer leurs activités dans le respect de la concurrence. Ce contrôle s’effectue sur toute l’étendue du territoire national et concerne tous les acteurs en l’occurrence, les importateurs, les grossistes et les détaillants.

Trois boutiques de vente “en gros“ ont reçu la visite des agents de contrôle ce jeudi matin. Les vérifications se sont portées essentiellement sur le respect de la règlementation dans le secteur. Il s’agit notamment du respect des prix, les conditions d’importation, la facturation, le respect des marges, les publicités des prix (les affichages, les marquages, les étiquettes).

La première boutique à être vérifiée, est celle de la librairie Mercury. Là, les agents de contrôle ont procédé aux questions-réponses avec le gérant. Les factures d’achats ont été demandées par la brigade et un délai de 72h lui a été donné de passer avec ces factures audit ministère. Selon le gérant de la librairie, Milogo Adama, les documents qui se trouvent dans cette librairie sont importés et non achetés sur place. « Nous sommes heureux de vous recevoir puisque c’est la première fois. C’est vrai que l’année passée, nous avons reçu la visite de deux, trois personnes, même si ce n’était pas de la sorte », a expliqué Mr Milogo. A l’en croire, il ne s’attendait pas à cette visite menée par la brigade de contrôle.

En ce qui concerne la deuxième boutique, il s’agit de la boutique Comptoir burkinabè du papier (CBP) où le gérant, Antoun Toni laisse entendre que les règles y sont respectées. Pour lui, les contrôleurs sont là pour rassurer les parents d’élèves, et voir les règlementations. Eli Sawadogo est un client qui est venu faire des achats. « J’apprécie les prix parce que depuis un certains temps, c’est là qu’on achète. Quand tu achètes et que le prix est fixe, tu reçois une facture correcte, donc je crois que ça va. Je viens ici parce que les prix sont fixes et ça ne me dérange pas. De plus, à chaque fois que le nombre d’achat augmente, ils me font une remise mais toujours sur la facture », explique-t-il. C’est donc un client satisfait des services de cette boutique.

TECHNO PLUS est l’autre boutique qui a reçu la visite de la brigade chargée de contrôler les différentes règlementations. A ce niveau également, la coutume est répétée. Un vendeur en détail présent sur les lieux, dans l’optique de se ravitailler, a exprimé ses sentiments par rapport à cette « visite surprise » . « C’est une bonne chose, mais on souhaiterait que ça soit plus tôt. Aujourd’hui, on peut dire que tous les parents d’élèves ont déjà acheté les fournitures des enfants. Mais si c’est très tôt, avec le ministère, on peut redresser certaines irrégularités », a souhaité El Hadj Ilboudo Boukary.

Il faut noter que les contrôles ont commencé depuis le 15 septembre 2019. Pour le représentant du ministre, Joseph ZERBO par ailleurs directeur de cabinet du ministère du commerce, de l’industrie et de l’artisanat, « le ministre nous a instruits de venir constater la mise en œuvre de la règlementation en matière de commerce. » D’après ses propos, la demande à cette période est en hausse, à cause de la rentrée des classes. Ceci dit, d’autres pourraient profiter de la situation pour augmenter les prix, de sorte à faire plus de bénéfice. Mais quels sont les risques que courent les acteurs qui ne seront pas dans le respect des règlementations ? Le représentant du ministre a tenu à indiquer que les auteurs coupables des manquements, seront punis conformément aux textes en vigueur. « D’après les informations qui ont été portées à mes connaissances, il est indiqué que plus de 500 boutiques ont été contrôlées sur toute l’étendue du territoire national », conclut-il.

Les visites sont effectuées, place maintenant aux experts qui pourront déterminer ceux qui partent en contre-sens des règlements dictés par le ministère. Une fois détectés, les auteurs seront « punis vis-à-vis des textes en vigueur » .

Soyez le premier à commenter sur "Opération « contrôle spécial de la rentrée scolaire » : Une visite surprise dans les boutiques"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

neuf − cinq =