Non aux « moustiques OGM » : une marche est prévue pour le 02 juin prochain

Le Collectif citoyen pour l’Agro-écologie (CCAE) a organisé une conférence de presse le mardi 15 mai 2018 à Ouagadougou. L’objectif de cette rencontre est d’annoncer une marche prévue pour le 02 juin 2018 contre le Target Malaria, un projet visant à lutter contre le paludisme avec des moustiques génétiquement modifiés. 

Ali Tapsoba, le porte-parole du Collectif citoyen pour l’Agro-écologie(CCAE) a indiqué que son organisation va se battre avec des moyens républicains pour empêcher toute pratique de culture génétiquement modifiée au Burkina Faso. «Pour protester contre ces pratiques pouvant mettre en péril notre existence,  nous allons marcher le 2 juin  et cette marche connaitra la remise d’un mémorandum aux autorités et d’une pétition contre les moustiques OGM», a-t-il laissé entendre.

Selon lui, après l’échec du coton génétiquement modifié et en l’absence d’une étude d’impact environnemental et sanitaire, le collectif est outré d’apprendre que «la recherche s’aventure dans les manipulations du niébé (haricot) et des moustiques». A entendre M. Tapsoba, l’objectif ultime de Target malaria est de disséminer volontairement des moustiques issus du «forçage génétique» dans le but de réduire la population de moustiques anophèles gambiae qui peuvent transmettre le parasite vecteur du paludisme. «C’est une aberration, un saut vers l’inconnu. Les moustiques génétiquement modifiés pourraient s’avérer très dangereux pour notre environnement», a-t-il dardé et d’ajouter : «Nous ne pouvons pas laisser des apprentis sorciers continuer à mener des expérimentations hasardeuses et couteuses, hors de tout contrôle, aux conséquences improbables pour l’homme,  les animaux et l’environnement»

«En détruisant les moustiques, on risque une dérèglementation de la chaine alimentaire, car la population animale consommant ces moustiques, sera obligée de changer d’appât avec les conséquences improbables», a indiqué le porte-parole. Il a expliqué que la population de moustiques concernée est l’espèce anophèle gambiae. Pourtant il y a aussi les espèces anophèles funestus et anophelis arabiensis. «Donc on ne viendra pas à bout du paludisme en s’attaquant à une seule espèce», foi de Ali Tapsoba.

Le Collectif citoyen pour l’Agro-écologie s’est désolé d’une dépense de plus de 37 milliards de FCFA pour cette phase du projet Target malaria consacrée, selon son porte-parole, à une aventure incertaine.

 

Soyez le premier à commenter sur "Non aux « moustiques OGM » : une marche est prévue pour le 02 juin prochain"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

deux × cinq =