Ministère de la culture : Un bilan annuel fructueux

Le mardi 12 février 2019, le ministre de la culture a animé un point de presse à Ouagadougou. L’objectif de cette rencontre est de présenter le bilan officiel des activités dudit ministère et de décliner les défis futurs.

Une année riche en activités dans le domaine culturel, artistique et touristique, tel est le bilan présenté par le département du ministère de la culture, des arts et du tourisme au cours de la conférence de presse. La culture représente le socle de développement de toute société. Pour permettre un bon accroissement du rendement qui passe par une qualité des ressources humaines, le ministre rassure : « J’ai évité de céder à la tentation de procéder à des nominations de complaisance fondées sur la simple proximité politique ou toute autre considération subjective ». Aussi, le ministre Abdoul Karim Sango a déclaré avoir privilégié le dialogue social avec le syndicat des cultures car ils sont un « partenaire véritable dont les droits doivent être respectés en les associant à toutes les instances de prise de décision ». Ainsi, un climat de sérénité est né, leur permettant un travail paisible. Ce qui a valu au ministre, une « lettre de félicitation » de la part des syndicats. Il déclare ne pas oublier les avis des syndicats et des OSC. « Nous partageons l’idée commune qu’il est nécessaire de mieux organiser notre secteur en vue d’une part de permettre aux différents acteurs de mieux vivre de leur métier, mais aussi et surtout d’accroitre la contribution du secteur au PIB », explique-t-il.

Une gestion des ressources améliorée

L’ASCE/LC dans son rapport en 2017, dénonçait « une mauvaise gestion des ressources publiques allouées au département ». Bien avant ce rapport, le ministre a remarqué la « gestion peu orthodoxe des ressources financières » concernant le « fonds de téléphonie mobile ». Aussi, ce ministère fait face à de nombreuses demandes de subvention de la part des acteurs culturels pour leurs activités. Pour pallier cette question de subvention, « un comité en charge d’examiner les requêtes de financement (CERS) » a été mis en place. Également l’instauration de la gestion rationnelle pour les missions à l’étranger ou à l’intérieur du pays où le renoncement de certains voyages a permis de réduire le coût des dépenses dans ce ministère.

Un bilan très satisfaisant pour l’année 2018

Les activités prévues au cours de l’année 2018 ont été réalisées avec un bilan très satisfaisant. Tant au niveau culturel que touristique, ce ministère a pu entreprendre des activités de mise en valeur de ce secteur comme la Semaine nationale de la culture (SNC), l’adoption de l’arrêté portant statut de l’artiste, la réalisation de 17 nouvelles sculptures sur les sites de Laongo, le classement de 16 800 des biens meubles, l’inscription du parc W patrimoine mondial, le financement de 15 films burkinabè, l’adoption du décret portant création billetterie, signature convention avec l’Union européenne, le renforcement de la coopération culturelle, la négociation d’appuis directs et indirects au FESPACO et des activités de renforcement de capacités à savoir les états généraux de la SNC pour redynamiser cette manifestation culturelle, le colloque sur le thème de la « contribution de la culture à la lutte contre l’extrémisme violent », un atelier sur les politiques de diffusion de la musique burkinabè. Au niveau touristique, on note la mise en place de la cartographie des sites touristiques, une délivrance de 252 licences et le classement de 10 établissements d’hébergement, une formation en communication de crise réalisée au profit des professionnels de la sous-région, l’organisation des États généraux du tourisme, une progression du tourisme interne de 4,5%.

Pour cette année, le ministère de la culture compte mettre l’accent sur le tourisme qui est un facteur de développement d’un pays. Pour cela, plusieurs activités seront mises en place comme le développement d’une stratégie marketing pour la promotion de « destination Burkina Faso », faciliter l’accès du visa par la mise en place d’un mécanisme, restructurer et repositionner l’ONTB, renforcer les activités touristiques et relancer l’IFTH, contrôler les activités touristiques et le classement des établissements touristiques d’hébergements. Le côté culturel sera marqué au cours de cette année par la commémoration du cinquantenaire du FESPACO et de sa 26e édition, la 15é édition de la foire internationale du livre de Ouagadougou, la fusion de la SNC et de la maison de la culture de Bobo Dioulasso. D’autres activités pour booster les compétences culturelles et artistiques seront mises en œuvre. Ainsi, la mise en place de ces activités renforcera la contribution des industries artistiques et culturelles et la création d’emplois. Le ministre de la culture a par ailleurs, remercié les partenaires pour leur soutien et réitérer un accompagnement dans les défis futurs.

 

Soyez le premier à commenter sur "Ministère de la culture : Un bilan annuel fructueux"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

cinq + dix-sept =