L’ONU enjoint le Burkina Faso de libérer Djibril Bassolet

 

L’ancien ministre des affaires étrangères Djibril Bassolet bénéficie de plus en plus d’attention à l’extérieur comme à l’intérieur du Pays. Courant juin, il a reçu la visite du président de la Commission de l’Union africaine, le Tchadien que Djibril Bassolet Moussa Faki Mahamat. Quelques semaines après, le groupe de travail du Haut Commissariat aux droits de l’homme de l’Onu après étude de son cas a exigé sa libération parce que sa détention serait « arbitraire ».

Le groupe évoque notamment plusieurs irrégularités lors de son arrestion. Le détenu aurait été arrêté « sans aucune notification, ni information ou encore sans aucun mandat ».  Ce groupe avance aussi que le  prisonnier doit être soumis au jugement d’un tribunal civil et non militaire, parce qu’à son arrestation il possédait un statut civil.

Sans autre forme de procès l’ONU exige la libération donc de Djibril Bassolet et envisage aussi la possibilité qu’il soit dédommagé.

 

1 Commentaire sur "L’ONU enjoint le Burkina Faso de libérer Djibril Bassolet"

  1. l’ONU doit demander à la justice d’acceler les procédures pour que Djibril Bassolet soit jugé. Demander qu’il soit libérer sans condition, c’est insulter la mémoire de tous ceux qui sont décédés.Il bénéficiait certes d’un statut civil mais il a été inculpé pour infraction militaire. N’oublier pas que c’est un général de l’armée. Tous les burkinabé attendent le jugement.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

17 − 12 =