Lettre ouverte à la Fédération des Associations Islamiques du Burkina Faso et à l’ensemble des savants croyants.

 

Objet: interpellation sur des comportements qui détériorent la foi et la pratique.

Assalamou aleikoum Wa Rahmatoulahi Taalah Wa Barakatouhou Ya Ikwati Muslimina Wa Muslimati

Alhamdoulilahi Rabil Haala Miina

Qu’Allah Soubhanahou Taalah nous assiste, nous protège et nous guide au quotidien dans nos bonnes intentions et nos bonnes actions au profit de l’humanité toute entière (Amina ya rabi)

Je voudrais avant tout propos, vous rendre un hommage particulier pour vos différentes actions concernant le renforcement de la foi religieuse, de la croyance en l’unicité d’Allah, de l’existence du paradis et de l’enfer, dont sera récompensé chacun de nous au jour du jugement dernier.

Qu’Allah nous oblige à l’adorer sincèrement et à croire à cette récompense divine, Amina ya rabi.

Je voudrais très sincèrement attirer votre attention sur des sujets qui minent l’islam et sa pratique, notamment:
1- Aller à la Mecque comme l’a dit Dieu (Soubhanahou Taala) recommander au Prophète Mohamed (SAW),
Tout musulman peut ou doit aller visiter le lieu saint s’il dispose des ressources financières conséquentes pour se prendre en charge.
Nous constatons que beaucoup de riches musulmans, l’État ou d’autres personnes ressources, payent des billets d’avion pour faire partir des gens au pèlerinage. Le pèlerin n’ayant pas les moyens pour vivre et prendre en charge sa famille, revient de la Mecque avec des difficultés majeures.
Alors je pose la question suivante:
A- Est ce possible de lui donner la totalité des frais de voyage pour l’aider à sortir de sa pauvreté ou bien le faire partir et revenir mendier ?

2- Beaucoup de personnes musulmanes ou autres construisent des mosquées, des écoles coraniques, réalisent des forages, distribuent des nattes, des bouilloires, des vivres, de l’argent etc… sous prétexte que ces dons peuvent l’épargner de l’enfer.
Alors qu’ils restent redevables à leurs familles, parents, ouvriers et créanciers pour non paiement des salaires, dettes et autres créances.

A- Peuvent-ils aller à la Mecque alors qu’ils doivent des dettes ?
B- Peuvent-ils construire des mosquées et autres alors qu’ils doivent aux autres ?
C- Peuvent-ils être pardonnés s’ils meurent sans payer leurs dettes et autres ?
D- doivent-ils payer leurs dettes et autres avant d’aller à la Mecque ?

Chers membres de la Fédération et savants tous confondus, je cherche à comprendre et éclairer l’option.

Si j’ai osé vous interpeller, c’est parce que le phénomène devient de plus en plus croissant.

Chers membres, je vous prie en toute sincérité et avec toute votre foi en Allah et aux Prophètes, de bien vouloir apporter toutes les réponses y afférentes et recevoir mes salutations distinguées.

          L’intéressé :

Abdou Kabila Ouedraogo.

 

 

Soyez le premier à commenter sur "Lettre ouverte à la Fédération des Associations Islamiques du Burkina Faso et à l’ensemble des savants croyants."

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

5 × 4 =