La CEDEAO associe des journalistes, à sa lutte contre  »la pauvreté énergétique »

Le Centre de la CEDEAO pour les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique (ECREEE) a invité jeudi, des journalistes francophones à se joindre à lui, pour lutter contre  »la pauvreté énergétique ». Appris par l’AIB, la majorité de la population ouest-africaine s’y trouve.

Le Centre de la CEDEAO pour les énergies renouvelables et l’efficacité énergétique (ECREEE) a organisé le jeudi 12 avril à Abidjan en République de Côte d’Ivoire, un deuxième atelier de renforcement de capacités au profit de journalistes issus de huit pays francophones de l’espace CEDEAO.

Monsieur Bah F.M Saho, représentant le Directeur exécutif de ECREEE Mahama Kappiah, a invité les hommes de médias à participer au combat contre  »l’insécurité énergétique » et  »la pauvreté énergétique ».

Selon lui,  »l’insécurité énergétique » se justifie par le fait, que les pays de la sous-région ont des difficultés à assurer pleinement la fourniture en électricité, car ils sont confrontés à la volatilité du prix du baril de pétrole.

 »La misère énergétique » traduit le fait, que malgré l’abondance de ressources énergétiques dont dispose le continent, de nombreuses populations sont dans le noir, une fois la nuit tombée.

Bah FM. Saho s’est également inquiété  »de la corvée des pauvres », laquelle contraint les populations démunies à utiliser tout ce qui est à leur portée (même des matériaux nocifs), pour répondre à leurs besoins énergétiques.

Il a enfin évoqué la place prépondérante qu’il faut accordée aux femmes dans le secteur des énergies renouvelables, car elles sont les premières à souffrir de la corvée énergétique.

Face à ces tristes constats, le conférencier Aziz Fall a exhorté les journalistes à une prise de conscience et à un engagement individuel pour lutter contre la dégradation de l’environnement et pour sortir les populations de l’obscurité, par le biais des énergies propres.

D’après lui, on ne réduit pas son confort en utilisant des énergies renouvelables et en choisissant des appareils qui consomment moins d’énergie (efficacité énergétique).

A ce sujet, le consultant Abdoulie Gassama a invité les journalistes à mettre l’accent des reportages intéressant qui traitent de la nécessité des énergies renouvelables.

Il a aussi demandé aux hommes de médias de vulgariser les programmes de ECREEE auprès des populations et des décideurs dans leurs pays respectifs.

Depuis sa création en 2010, ECREEE a déroulé douze programmes en rapport notamment avec les énergies renouvelables, l’efficacité énergétique, les bioénergies et le genre.

Avant l’atelier d’Abidjan, elle a organisé en septembre 2016, une première rencontre à Dakar pour des journalistes venant du Bénin, du Burkina Faso, de la Côte d’Ivoire, de la Guinée-Conakry, du Mali, du Niger, du Sénégal et du Togo.

Soyez le premier à commenter sur "La CEDEAO associe des journalistes, à sa lutte contre  »la pauvreté énergétique »"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

15 + 2 =