Incivisme : quand des scolaires de Koudougou sont fier d’avoir mis le drapeau en berne

« Nous ne regrettons pas d’avoir mis le drapeau en berne », c’est ce qui est sorti de la conférence de presse des responsables de l’Association des Scolaires de Koudougou (ASK), tenue le mardi 23 janvier 2018 à Koudougou. Il s’agissait pour eux, de livrer leur part de vérité sur la manifestation qui s’est terminée en course-poursuite.

L’incivisme a pris des allures inquiétantes au « pays des Hommes intègres ». Nous sommes en passe de nous demander si l’insurrection populaire n’a pas eu plus de conséquences que d’avantages. En effet, depuis cet évènement, en plus des galons qu’a pris l’incivisme, le burkinabè est devenu son propre justicier, tout le monde est spécialiste de tout, l’intolérance est visible dans les rues et ruelles.

Est-ce que la nuit porte vraiment conseil ? Certainement pas. Sinon, m’adressant directement au bureau de l’Association des Scolaires de Koudougou (ASK), cette conférence de presse devrait être celle pour faire leur méaculpa, c’est-à-dire, reconnaitre leur tort, demander pardon. Au lieu de çà, ils réclament au vu et au su de tout le monde ne pas regretter d’avoir mis en berne le symbole de l’Etat. Que devient ou du moins, que va devenir le pays des Hommes intègres ? Mettre le symbole de l’Etat a quel rapport avec la raison de votre mécontentement chers amis de l’ASK ? On peut se mettre à citer les actes d’incivisme sans pouvoir épuiser la liste.

C’est à dire que le niveau que ce fléau a pris au Burkina, est très inquiétant. Il est temps que le taureau soit pris par les cornes. Tout le monde doit se lever comme un seul Homme, pour éradiquer le mal, car les autorités seules ne pourront pas.

Sharaf Bénéhoundougou, président de l’ASK et ses camardes ajouteront qu’ils l’ont fait parce que selon eux, la situation actuelle de l’Education au Burkina commande une telle action. « Nous allons toujours monter au créneau pour exiger que les autorités trouvent une solution aux problèmes des enseignants et que les cours reprennent », dardent-ils. Comprenez par cette phrase, dès que la situation se présentera, ils mettront à nouveau en berne le drapeau. Le président de l’ASK termine par ceci : « Si ça continue, nous allons vraiment nous mettre en colère et les gens sauront que les élèves sont en colère ».

Chers élèves de l’ASK, manifester son mécontentement, ce n’est pas mettre le drapeau de son pays en berne. Ce n’est pas défier l’autorité de l’Etat. On est tous conscient de la situation de crise que connait le système éducatif. Cependant, ce n’est pas par des actes inciviques comme ceci, qu’on arrivera à résoudre les problèmes. Personne, « même pas les enseignants », ne vous soutient. Revoyez vos copies !!!!

1 Commentaire sur "Incivisme : quand des scolaires de Koudougou sont fier d’avoir mis le drapeau en berne"

  1. Allons y comprendre ce qu’ils ont appris à l’école.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

1 + trois =