Hip Hop nêkré : la nouvelle génération du Hip Hop burkinabè, entend assurer la relève

S’est tenue à Ouagadougou les 12 et 13 avril 2019, la quatrième édition du festival “Hip Hop nêkré“ organisé par l’équipe « Yêrê Boy prod ». Ce festival qui s’est tenu du côté du Centre National des Arts du Spectacle et de l’Audiovisuel (CENASA) est celui qui donne au Hip Hop burkinabè, un nouveau souffle.

Des artistes confirmés du milieu ont montré leur talent face aux amoureux de ce style musical qui, depuis un certain temps, s’était endormi selon beaucoup de fans.

« Hip Hop nèkré » ou le “réveil du Hip Hop“, est un festival né de l’envie de donner une nouvelle dimension au hip hop burkinabè et africain dont le promoteur est « Yêrê Boy prod » avec à sa tête Atobine Nébié, plus connu sous le nom de Tigme zanma. Selon lui, tout est parti du staff de l’artiste “sa majesté Askoy“ . Après avoir fait sortir son album en 2015, et puisqu’il y avait un ralentissement de ce genre musical, l’équipe a décidé d’organiser des concerts en salle dont la première édition s’est déroulée au Reem-Doogo lors du concert de Askoy.

« Réunir toutes ces grandes têtes d’affiche dans une même soirée, c’est vraiment un coup de maître », à t-il déclaré. Pour Tigme zanma, c’est un merci spécial aux devanciers dans le mouvement pour avoir posé les bases et « on les invite à plus de conseils venant de leur part afin de faire perdurer ce mouvement, qu’ils ont commencé ».

Selon Sinaré Jean Baptiste, un fan de ce style musical depuis maintenant quelques années, « Hip Hop nèkré c’est un mouvement qui rassemble la jeunesse et c’est le seul mouvement qui a réussi à valoriser les jeunes burkinabè », a-t-il déclaré et d’ajouter : « Ça fait vraiment plaisir de voir une telle organisation. On ne peut que les encourager et pour nous, c’est de venir les assister. On peut dire que le Hip Hop s’est réveillé ce soir là, au CENASA. »

Des “bêtes de scène“ se sont succédé sur le podium du CENASA. Ce sont des artistes de renom, incontournables dans le milieu Hip Hop. Il s’agit entre autres, de Joey le soldat, Smarty, Art mélody, Duden J, sa Majesté Askoy, Malika la Slameuse, et bien d’autres.

Des artistes qui ont presté, ont également donné leur impression face à ce festival. Pour Douden J, « le Hip Hop burkinabè a toujours eu du talent. Il y a eu des gens qui ont été beaucoup plus silencieux que d’autres mais quand vous regardez la nouvelle génération, ils vous montrent qu’ils peuvent s’adapter à tout ce qui se fait ailleurs. Partager cette scène, est un honneur pour moi de passer ces instants avec des gens pour la majorité plus jeune. C’est toujours un plaisir de venir faire son travail. »

Quant à son avis par rapport au Hip Hop burkinabè, il laisse entendre que  « le Hip Hop burkinabè a un problème d’adaptation et non un problème d’expression ». C’est aussi l’occasion pour Smarty, l’un des monuments du Hip Hop burkinabè, de donner son opinion. Selon lui, le Hip Hop n’est jamais mort, il est seulement passé dans l’ombre des médias et des animateurs. Le CENASA pour Smarty, est le lieu où tout a commencé.

Aujourd’hui, place est donnée aux plus jeunes par les devanciers. Ce sont des jeunes rappeurs qui n’arrêtent pas de prouver ce qu’ils savent faire et selon les poseurs de bases (les devanciers), c’est un défi qu’ils peuvent relever.

Soyez le premier à commenter sur "Hip Hop nêkré : la nouvelle génération du Hip Hop burkinabè, entend assurer la relève"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

un + 3 =