Hadj 2017 : La galère de certains pélerins burkinabe en Arabie Saoudite

Les pélerins burkinabè, tout comme ceux d’autres pays entament ce jour, le pélerinage par l’étape de mina. Ils sont près de 2 millions de personnes à prendre part à ce séjour hautement spirituel et religieux au pays du très saint prophète mohammed. Sur le plan de l’organisation, les responsables sur place fournissent milles et un effort pour un hadj réussi. Cette année quelques organisateurs ont  constaté que la classification du Burkina dans la catégorie B+ donnant droit à certaines commodites et facilités n’a pas été appliquée, conséquemment certains pélerins sont dans le désarroi.

  • Les pélerins se préparent aujourd’hui pour l’étape Arafat, première étape clé pour accomplir le hadj. Les encadreurs des différentes agences de voyage s’activent au mieux pour convoyer les pélerins sur le site dès ce soir. Il s’agit de prendre des dispositions assez rapides afin d’éviter les embouteillages et éviter de prendre du retard. « Le départ pour mina se préparent bien » a indiqué l’Iman Nebie Moussa du groupe Alnasr. »

Les pélerins se plient religieusement aux instructions bien que des fois, ils sentent une certaine pression. Les personnes âgées en souffrent le plus. Leurs conditions physiques les handicapent au point que Inoussa COMPAORE pèlerin du groupe Al nasr déplore cette situation. “Nous voyons beaucoup de personnes agées qui ont tellement de difficultés pour même supporter le voyage, encore moins l’accomplissement des différents actes concernant la oumrah ou même le pélerinage, alors qu’ils sont sans accompagnement. Nous voyons toutes la difficulté que ces gens ont. Même nous,  assez jeunes et instruits, nous n’avons pas mal de difficultés pour nous répérer en ces lieux où nous nous sentons étrangers encore moins nos pères qui ne savent ni lire ni écrire qui ne savent ni se repérer par rapport aux plaques et qui se perdent très facilement. Ceux qui inscrivent nos pères comme nos mères ont la possibilité de s’insrire avec eux pour  les accompagner. Allah a faciliter que ceux qui ont déjà fait le pélerinage, ils peuvent le faire pour d’autres personnes”.

Sur le plan psycho-sanitaire,  au moins 3 personnes ont subi des troubles psychologiques.

Yabre Issaka de l’agence Salama voyage, a lui aussi noté quelques fausses notes dans l’organisation du hadj, il en est presque dépité. “Les conditions d’hébergement sont catastrophiques, se sont les mêmes conditions qu’on a fait pour quitter depuis 2015”, se plaint til. Malgré le classement du Burkina Faso en catégorie B+, le service était plutôt de catégorie C, la dernière des catégories. “Nous avons été supris très désagréablement d’être déclassé en zone C.” Le système de transport rotatoir a fait place à une navette moins rapide . “On a payé pour cette catégorie, mais ils n’ont pas tenu compte.” informe til. “Le bloc toilette, un de nos bloc se situe sur la zone des nigerians occasionant des conflits, des tentes insuffisants, des matelas insuffisants et plus de 500 pélerins qui èrent dehors en quête d’ombre, ses pelerins ont payé ce n’est pas normale” a til reproché. Pour   YABRE Issaka, il est plus que nécessaire de situer les responsabilités afin que de telle situation puisse être évitée à l’avenir.

3 Comments on "Hadj 2017 : La galère de certains pélerins burkinabe en Arabie Saoudite"

  1. Honnêtement a la présentation du prix sans vouloir parâtre un rabat joie ‘je me suis dis si cela mérite un prix alors on est pas sorti de l’auberge. Si ce que je vois comme pèlerin burkinabè est méritoire alors bonjour la médiocrité. Dieu merci je n’ai pas eu tort.

  2. Quand on en vient a patrimonialiser tout un culte ou en faire un gagne pain. Que voulez que ça soit. Et dire que nos soit disant ouléma n’ont rien d’autres a dire. Sur l’organisation le laisse sans voix. Je Paris et souhaite que pour exemple remettez l’organisation du hadji aux mains des catholiques on en applaudira.

  3. je n4ai pas beaucoup d’hivernage , mais je constate que le Burkinabé est un loup et un véritable loup pour son frère.
    les pires des conditions réservés aux pèlerins Burkinabé sont le fait de leur frère.
    -Derniers a arrivés en terres saintes
    -les plus pourries des moyens de locomotions sont réservés aux Burkinabé
    -les hôtels les plus éloignés des sites sacrés sont ceux des burkinabé
    -le pléthore dans les chambre d’hôtel ou le manque d’hôtel sont encore du coté du Burkina
    -le site le plus sale a Mina est le site du Burkina.
    -le raquette des pèlerins est encore de notre coté.
    -les délégués qui se prélassent dans les hôtels a longueur de journée sont encore les délégués burkinabé.

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*