Grève des élèves : « lorsqu’ils arrivent, ils nous forcent à ouvrir la porte » dixit un vigile

Le mois de décembre semble être un mois perdu pour certains établissements de la ville de Ouagadougou. C’est le constat qui a été fait le mardi 4 et le mercredi 5 décembre dans des établissements de Tampouy.

Le mardi 4 décembre 2018 à 7h55 mn, des élèves ayant camouflé les visages avec des tenues ou des pull-overs ont pris d’assaut des établissements en scandant : « sortez, sortez, sortez ». Ce scénario a été constaté dans certains établissements de Tampouy et Gounghin. Selon les grévistes, ils veulent une justice pour Flavien Nébié qui a perdu la vie le 06 décembre 2000, expliquent certains élèves. Cette grève a été répétée ce mercredi 5 décembre 2018.

« Lorsqu’ils arrivent, ils nous forcent à ouvrir la porte. Si nous ne le faisons pas, ils viennent l’ouvrir eux-même et parfois, ils défoncent la porte avec leurs motos. Arrivés au milieu de la cour, ils font des cascades avec leurs motos également », nous explique un vigile. En effet lorsque ces élèves arrivent, ils font sortir de force leurs camarades et ces derniers se débarrassent immédiatement de leurs tenues scolaires qui seront camouflées dans leurs sacs, avant de porter d’autres habits pour ne pas être reconnus. Ils continuent dans un autre établissement pour libérer les autres élèves également.

En rappel, cette grève a commencé le lundi 3 décembre et se poursuit toujours. Notons que les élèves n’arrivent plus à suivre normalement les cours, ni à composer leurs derniers devoirs pour le premier trimestre qui tire à sa fin.

Ces grèves deviennent de plus en plus, un incivisme grandissant qui doit être remédié pour une bonne année scolaire.

 

Soyez le premier à commenter sur "Grève des élèves : « lorsqu’ils arrivent, ils nous forcent à ouvrir la porte » dixit un vigile"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

8 − huit =