Dédougou-Solenzo : « Si nous ne sommes pas des citoyens de ce pays qu’ils nous disent pour que nous nous rallions au mali … »

La coalition des OSC de la province des Banwa a tenu une conférence de presse le mercredi 3 mai 2017 à Dédougou. Face aux journalistes, il a été essentiellement question d’un déballage sur le mauvais état de la route reliant ladite localité au chef-lieu de la région, et la question liée à l’électricité.


Interpeller le gouvernement Thiéba sur la problématique des routes et la question de l’électricité de la province c’est ce que vise cette conférence de presse tenue à Dédougou dans le chef-lieu de la région de la Boucle du Mouhoun. « C’est vraiment un cri de cœur en même temps un avertissement au gouvernement Paul Kaba Thiéba d’avoir un regard attentif sur notre province ». C’est en ces termes que le SG adjoint et porte-parole des OSC de la province des Banwa Arouna Bado débute la lecture de la déclaration.

En effet les OSC de la province des Banwa , déporté en grand nombre de Solenzo pour donner de la voix à travers ce point de presse le 3 mai. Ces dernier sont complètement remontés du fait que les autorités du pays ont laissé la localité à son propre sort. Selon eux, suite à beaucoup de manifestations pour dénoncer cette situation socioéconomique de la province tous fut vain. Ce qui explique le fait que les populations sont de nos jours sceptiques et très remontées parce que les autorités ferment les yeux et restent sourdes à tous les appels et autres cris de cœur lancés par les Banwalais sur l’état des routes et leur condition d’existence.

« On nous dit que nous sommes le grenier du Faso, c’est l’ironie du sort, le grenier du Burkina qui n’a pas de route, qui est oublié et pourtant qui nourrit presque tout le pays !» 

Le premier point abordé par les OSC des banwa, a été l’épineuse question de la route qui selon eux, après plusieurs promesses pendant la campagne présidentielle le président Rock et même le président de l’Assemblée Nationale ont recensé cette question comme étant une priorité. Mais depuis plus d’un an de gestion du pays rien n’est fait selon eux. En effet Solenzo est coupé de son chef-lieu de région à cause de 74 km de route impraticable et coupé de Bobo (70km) ville avec laquelle elle commerce à 90%. Cependant, malgré les potentialités agro pastorales et économiques de la localité cet état d’enclavement a des impacts sur la localité considérée comme le moteur de l’économie de la région et partant du pays tout entier. « On nous dit que nous sommes le grenier du Faso, moi je dis que c’est l’ironie du sort, le grenier du Burkina qui n’a pas de route, qui est oublié et pourtant qui nourrit presque tout le pays » a martelé le sieur Arouna Bado le SG adjoint des OSC.

« Qu’on arrête de divertir les gens, la route c’est ce que nous voulons et il va falloir que les gouvernants trouvent la solution à ce problème pour ne pas nous rendre aigri et méchant » a lancé le SG exécutif de la coalition provinciale des OSC des Banwa Honoré Coulibaly l’un des animateurs de ladite conférence de presse. Pour lui, le Burkina Faso, a un système qui refuse de bouger et cela est dû à la corruption, les intimidations et les détournements de deniers publics qui sont exagérément continus dans notre pays. Il ajoute que si le gouvernement ne s’en tient pas à l’interpellation des populations par rapport à ce qu’ils subissent, cela peut être très dangereux par la suite. Cela parce que c’est à travers toute cette corruption, intimidation et détournement qui rendent aigris la population et qui les engagent souvent à mener des actions là où ils ne veulent pas aller.

« Arrêtez de nous divertir la route c’est ce que nous voulons »

« Le constat est amer parce que nous avons constaté que la province des banwa est purement et simplement abandon dans ce sens que nous avons constaté que dans les autres localités quand il y a un bruit soit c’est le président de l’assemblée  ou le président lui-même qui se rend là-bas. Mais dans la province des banwa si nous voulons on a qu’à mourir là-bas, personne ne viendra nous assister parce que nous n’avons même pas de route. A laisser entendre Honoré Coulibaly.

Le deuxième point de cette conférence de presse s’est axé sur la question de l’électricité dans la ville de Solenzo. A ce niveau, les OSC dénoncent également une injustice qui ne dit pas son nom et la mauvaise gestion de la coopérative d’électricité. « Une coopérative appartient à une population, mais à notre grande surprise nous avons constaté qu’elle appartient à Ouagadougou, en claire !» a martelé le SG Honoré Coulibaly.

Il a cependant dénoncé une main mise de FDE et de PPI et autre sur le bureau qui avait été mis en place pour gérer la COPEL /SO et dénonce des détournements, et du vol. « On nous faisait croire à une consommation de 1000 litres/ jours alors que quand le nouveau bureau a pris le contrôle on s’est rendu compte que la consommation était 600 litres /jours et les 400 litres ? Multipliez ça par tant d’année, c’est des millions que la FDE bouffait » a expliqué le SG adjoint Arouna Bado. Et le SG Honoré Coulibaly de poursuivre que suite à une audite faite, le cabinet a confirmé qu’il y a eu du vol mais à quand la justice ? «  Nous, nous avons pitié de nous-mêmes parce que nous n’avons personne pour nous soutenir sinon comment le vol peut être légalisé au Burkina ? A-t-il martelé à nouveau très remonté.

« Si nous ne sommes pas des citoyens de ce pays qu’ils nous disent pour que nous nous rallions au mali … »

 

« Dans cette enclavement là nous nous allons tous mourir, nous ne devons pas nous préparer avec nos dabas pour cultiver mais pour enterrer nos femmes et nos enfants parce que le palu ne va pas nous pardonner. Et cela du fait qu’aucune pharmacie n’est ravitaillée en produit compte tenu de l’état de la route. Ça veut dire que nous allons tous mourir ! En quoi le PNDES nous regarde si nous allons mourir ?

Avec l’arrivée de l’interconnexion, les OSC pensent que rien n’a changé car ils se voient en danger. « On se demande si ce n’est pas mieux de venir arrêter le courant surtout avec la saison pluvieuse qui vient presque toute la population va mourir, les poteaux, les termites ont tous rongé les fils sont à terre et les camions passent la dessus ».

« Nous préférons qu’ils viennent tout arrêter sinon un jour nous allons nous lever et tous casser et si nous ne sommes pas des citoyens de ce pays qu’ils nous disent pour que nous nous allions au mali ou autre »

Suite à une grande manifestation par la population qui a demandé le départ de tout le personnel de COPEL/SO selon les animateurs de la conférence de presse, les guichets de la COPEL /SO sont tous fermés depuis 6mois et attendent de voir les jours à venir la SONABEL s’installer pour sa gestion.

Dans leur déclaration, la coalition des OSC des Banwa exige de ce fait,

le bitumage de l’axe Dédougou-Sanaba-Solenzo-Kouka-Koundougou ; le bitumage de l’axe Nouna-Sanaba-Balavé-Tansila ; le bitumage de l’axe Solenzo –Balavé ;la réfection conséquente des autres pistes rurales de la province et l’implantation diligente de la SONABEL afin de poursuivre les travaux d’extension du réseau électrique.

 

 

7 Comments on "Dédougou-Solenzo : « Si nous ne sommes pas des citoyens de ce pays qu’ils nous disent pour que nous nous rallions au mali … »"

  1. B ROGER TRAORE | 9 mai 2017 at 3 h 38 min | Répondre

    OUAGADOUGOU NE NOUS AIME PAS ET IL EST TANT DE PRENDRE NOTRE INDEPENDANCE VIS A VIS DE CETTE SALE CAPITALE.LA PROVINCE DES BANWA MERITE MIEUX QUE ÇA.

  2. La manifestation est justificative, nous les habitants de la province des Banwa, Kossi nous avons trop dormi. Comme le dit un adage ‘lorsque le feu atteint bien le haricot il se cuit bien’ c’est pour dire que personne ne luttera pour nos provinces à notre place, donc organisation incessamment des marches.

  3. Ça en tout cas c’est foutese il non pas l’argent pour travailler le bas mais plutôt le haut voilà même bonne voie rouge nous on n’a pas mais vous faite des échangeurs à waga Dieu vous voit . Si le gouvernement ne fait pas le bitumage kil r reste à waga et dans les autres villes pour les prochaines campagnes électorales sinon le vautour qui va mettre pied là à pour mentir là il va rester là ba .A bon entendeur !!!!

  4. Trop de promesses non tenues ! Lors des élections on nous promet monts et merveilles et après RIEN. Le président a-t-il déjà oublié ses promesses? Nous avons trop attendu. Trop d’accidents sur nos routes. Allez voir par vous même le mauvais état de nos routes. TROP C’EST TROP!

  5. Il faut aussi savoir que les politiciens ressortissant de solenzo ne jouent pas pleinement leur role.En plus lEtat à vrai dire deconne il faut le dire ainsi je n’arrive toujours pas à comprendre comment une province à telle envregure de production agricole que ce soit en terme de coton ou de ceréale n’a pas accès à une voie butimée pendant ce temps des petites provinces non main importantes en ont.QU’ils nous disent clairement ce qui ne va pas sinon qu’il ne soit pas surpri un jour de quoi que ce soit.

  6. anti moutamoutalander | 22 juin 2017 at 14 h 22 min | Répondre

    Soutien total aux banwa, trop c’est trop.

  7. Pendant les campagnes Roch etait venue dans les banwa jurer devant nous et voila par LA suite

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

3 × quatre =