Enseignement supérieur au Burkina : Présentation des réalisations de la BADEA et de l’OFID

 

La cérémonie de présentation des réalisations de la Banque Arabe pour le Développement Economique en Afrique (BADEA) et le Fonds de l’OPEP pour le développement International (OFID) dans le domaine de l’enseignement supérieur au Burkina Faso, s’est tenue ce lundi à Ouagadougou.

Organisée par la Direction des Cités universitaires, cette cérémonie de présentation des réalisations, s’est tenue ce lundi 02 décembre 2019 sous la présidence du ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation.

Abdoul Hamid Al-Khalifa, Directeur général de l’OFID, a pris la parole au nom des partenaires financiers. Selon lui, le Fonds de l’OPEP travaille avec le Burkina Faso depuis plus de quatre décennies. « Durant ces années, nous avons accordé plus de 40 prêts au secteur public représentant près de 300 millions de dollars américains » , a-t-il laissé entendre. En outre, poursuit-il, le Fonds OPEP a accordé onze prêts au secteur du commerce pour un montant total de 270 millions de dollars américains, ainsi que plusieurs subventions nationales. A l’entendre, le nouveau prêt de 20 millions de dollars des États-Unis qui sera signé durant cette visite, contribuera à réduire la pauvreté au Burkina Faso et à renforcer la sécurité alimentaire.

« Nous sommes également en train d’évaluer des projets de développement relatifs aux universités Dori et Fada N’Gourla. Cela témoigne de notre engagement continu en faveur d’un Burkina Faso ambitieux qui garde espoir et qui a de grandes aspirations, malgré les défis auxquels il fait toujours face » , a-t-il indiqué, tout en précisant que la Banque arabe pour le développement économique en Afrique (BADEA) et le Fonds OPEP se sont engagés à soutenir l’accès à l’éducation. A ce jour, ce partenariat a permis d’accorder une aide de plus de 600 millions USD au Burkina Faso. « Entre autres, nous avons soutenu le financement de sept (07) projets d’enseignement supérieur du secteur public, dont l’Université de Koudougou. En outre, au cours de notre mission annuelle, nous évaluerons les projets des universités de Dori et Fada N’Gourma« , a-t-il fait savoir. Cela démontre à souhait, l’engagement du Fonds OPEP et de la BADEA au près du Burkina Faso.

Pour le ministre de l’Enseignement supérieur, de la Recherche scientifique et de l’Innovation, Alkassoum Maïga, le projet a consisté en la réalisation d’une Unité de Formation et de Recherches en Science et Technique (UFR/ST) et d’une cité universitaire, d’un coût global de douze milliards sept cent cinquante millions (12 750 000 000) de francs CFA. A n’en pas douter, selon lui, le présent projet qui s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre du Plan national de développement économique et social (PNDES) en son axe 2 à savoir « développer le capital humain » , contribuera à l’élargissement du portefeuille de formation académique de l’université Ouaga II et à l’amélioration des conditions de vie des étudiants.

Cette UFR/ST comprend un bloc pédagogique construit en R+2 comprenant douze (12) salles de cours d’une capacité chacune de cent vingt-six (126) places, quatre (04) laboratoires (biologie, physique, géologie, chimie), une salle de conférence de 300 places, quatre (04) salles informatiques de 50 places chacune, vingt-quatre (24) bureaux pour les enseignants chercheurs de l’université, des locaux techniques, etc. Aussi, un bloc administratif construit en R+2. Le rez-de-chaussée qui comprend seize (16) bureaux, une salle de réunion de trente (30) places, trois (03) guichets de scolarité, l’accueil-réception, le standard, la sécurité et les locaux techniques, est réservé à l’administration de l’UFR/ST et à l’école doctorale. Le R+1 et le R+2 qui comprennent trente-cinq (35) bureaux, une salle de réunion, des locaux techniques, etc. abriteront les services de la Présidence de l’université.

La cité universitaire, quant à elle, est constituée de trois pavillons d’hébergement (deux pour les garçons et un pour les filles), de cinq cent quatre (504) lits chacun, un restaurant de huit cents (800) places, un foyer, un centre multi media, des travaux de voiries et d’aménagements extérieurs (places publiques, aires de jeux…), un magasin, trois (03) locaux techniques, trois (03) parkings pour engins à deux roues et deux (02) autres pour les engins à quatre roues, deux (02) guérites, des latrines, des appâtâmes d’études et de tresses, une clôture.

Il faut souligner qu’au cours de cette cérémonie, les Directeurs généraux des deux structures partenaires, ont été décorés par le ministre Alkassoum Maïga qui, à son tour, a reçu des présents offerts par lesdits partenaires.

 

 

Soyez le premier à commenter sur "Enseignement supérieur au Burkina : Présentation des réalisations de la BADEA et de l’OFID"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

cinq × quatre =