Dialogue Inter-Partis au Burkina Faso : Créer un dialogue entre l’ensemble des partis politiques

Les membres du Cadre de Dialogue Inter-Partis au Burkina Faso (CDIP/BF) ont tenu vendredi, une conférence de presse à Ouagadougou. L’objectif de cette rencontre est de s’entretenir avec les Hommes de Médias du dialogue entre les partis politiques, désormais appelé « le dialogue inter-partis » .

Ce vendredi 15 mars 2019, s’est tenue la conférence de presse sur le lancement des activités du programme « Dialogue Inter-Partis au Burkina Faso » . Il s’est agi de présenter à la presse, une vision du dialogue entre l’ensemble des partis politiques toute obédience et idéologie acceptées.

L’histoire récente du Burkina Faso marquée par l’insurrection des 30 et 31 octobre 2014, la tentative de coup d’Etat de septembre 2015 et leurs conséquences, rappellent que le pays a traversé des crises profondes dans le processus de la quête d’une meilleure formule de gouvernance démocratique, allant des dissensions politiques à la remise en cause totale de l’ordre établi. « Une telle situation interpelle tous les acteurs politiques individuels et collectifs qui ont pris l’engagement d’offrir à notre peuple, les conditions d’un développement économique et social dans la paix et la sécurité et surtout dans la contribution et l’implication de tous les fils et filles de la nation » , a déclaré lors de son discours, Me Gilbert Ouédraogo, président du Conseil d’administration.

Selon monsieur Ouédraogo, la délégation des partis politiques représentés à l’Assemblée nationale ayant effectué le voyage d’étude de Copenhague, ont au cours d’un séminaire (tenu à Koudougou les 20 et 21 octobre 2018), convenu de la création d’un espace de concertation et de dialogue qu’il ont nommé le Cadre de Dialogue Inter-Partis au Burkina Faso (CDIP/BF). Cela, parce qu’ils sont « convaincus de la nécessité de défendre et de sauvegarder les acquis démocratiques ainsi que d’entreprendre des activités pour les promouvoir » . Également « convaincus de la nécessité de régler les différends politiques par le dialogue puis de bannir la haine et la violence en politique » , a-t-il soutenu.

A entendre le président du Conseil d’administration, l’aide de certains partenaires en l’occurrence, Danish institute for parties and democracy (DIPD) et le Centre pour la gouvernance démocratique (CGD), sa structure a déjà mené plusieurs actions, notamment la rencontre avec le Chef de l’Etat et le président de l’Assemblée à l’issu de la mission du Danemark. Pour cette année 2019, les activités déclinées sont reparties autour de deux produits. En effet, le premier produit est relatif au renforcement de la capacité des partis politiques à fonctionner démocratiquement avec une meilleure représentation des femmes et des jeunes (de moins de 35 ans) au sein de la structure du parti. Quant au deuxième produit, il vise la création d’un espace de dialogue politique et de coopération inter-partis au sein d’un système multipartite.

Pour Djejouma Sanon le Secrétaire exécutif, « il s’agit d’une structure tout à fait particulière » car un tel regroupement de l’ensemble des partis politiques toute tendance confondue, « c’est la première fois que cela se passe » , a-t-il laissé entendre. Selon lui, cette initiative permettra d’ « avoir des politiques structurantes, durables au profit de la population en dehors des affinités spécifiques et des idéologies particulières des partis politiques » . Par ailleurs, le Cadre a souhaité pouvoir compter sur le dynamisme et la disponibilité de ses membres et de l’accompagnement précieux de la presse pour la réussite de sa mission.

Soyez le premier à commenter sur "Dialogue Inter-Partis au Burkina Faso : Créer un dialogue entre l’ensemble des partis politiques"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

4 + 7 =