DESC/Burkina : une OSC au quatre devises, officiellement lancée

Aujourd’hui 14 novembre 2017 à Ouagadougou, une plateforme intitulée Agir pour Droits Economiques, Sociaux et Culturels a été officiellement lancée. Il s’agit pour les promoteurs, de veiller au respect de 4 droits fondamentaux : L’éducation, la santé, le logement et l’alimentation. Une lutte de longue haleine qui a commencé depuis 2011.

Œuvrer pour un logement décent, un système de santé digne, manger à sa faim et avoir accès à l’éducation, voici les objectifs que la plateforme « Agir pour les Droits Economiques, Sociaux et Culturels (DESC) » s’est fixée. Le lancement de ladite plateforme est intervenu ce mardi 14 novembre 2017 à Ouagadougou.

Pour Christian Ouédraogo, membre initiateur de la plateforme, le constat est que le Burkina Faso, à l’instar de plusieurs pays dans la sous-région, rencontre beaucoup de difficultés dans la mise en œuvre des DESC. L’inégalité des sexes, les violences et toutes formes de discrimination à l’égard des femmes, etc …sont toujours une légion sous nos tropiques, laisse entendre M. Ouédraogo.

En ce qui concerne le droit au logement, l’inadaptation des politiques fait qu’il y a encore de nos jours, des atteintes graves au droit à un logement décent. Des exemples ne manquent pas à cet effet. D’après Ali Sanou, Secrétaire Général du Mouvement Burkinabè des Droits de l’Homme et du Peuple (MBDHP), membre du comité DESC, en avril 2014, près de 7000 personnes ont été privées de logement par l’Etat en pleine période de canicule à Kounkoufouanou sans un accompagnement de relogement.

Le droit à l’éducation a également fait objet de 11 recommandations selon M. Sanou en 2013. Ces recommandations portent sur l’éducation pour tous, y compris l’amélioration de l’accès des filles et des personnes handicapées à l’alphabétisation. Egalement sur la gratuité effective de l’enseignement primaire et post-primaire, etc. Enfin le droit à l’alimentation n’a pas expressément visé les recommandations, précise le SG du MBDHP. Cependant, poursuit-t-il, l’une des composantes essentielles à savoir le droit à l’eau et à l’assainissement, a été mise en exergue comme une condition essentielle pour atteindre les autres objectifs fixés.

Depuis sa mise en œuvre en 2011, la plateforme DESC/Burkina a mis en œuvre des activités non des moindres. Il y a entre autres la formation des membres des organisations de la société civile sur l’utilisation des mécanismes régionaux et internationaux de protection des droits humains, l’élaboration et la diffusion de kits d’information et de plaidoyer sur la ratification du deuxième protocole au pacte international sur les droits civiques et politiques. A cela, il faut ajouter l’organisation d’un atelier national de formation des membres sur la plateforme DESC/Burkina. Après ceux-ci, 4 ateliers communautaires de formation des leaders d’associations sur les droits à la santé, au logement, à l’éducation et à l’alimentation ont été organisés.

La plateforme DESC/Burkina est une coalition de près d’une trentaine d’organisations de la société civile Burkinabè, née de la volonté des organisations membres, d’apporter une plus-valus dans la promotion et la protection des droits économiques, sociaux et culturels.

Soyez le premier à commenter sur "DESC/Burkina : une OSC au quatre devises, officiellement lancée"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

8 + 8 =