Concours de recrutement de 1500 instituteurs adjoints certifiés : ça sent du roussi

Il y aurait des combines dans le recrutement du concours direct de 1500 instituteurs adjoints certifiés, d’après le bimensuel d’information général et d’enquête, le Courrier confidentiel. En effet, dans sa parution numéro 160, du 25 juillet 2018, le journal dénonce des pratiques peu recommandables dans le circuit de recrutement. Cette information a suscité une sortie du ministre en charge de la Fonction publique.

Selon le Courrier confidentiel, les témoignages sont de plus en plus pesants. En effet, certains candidats ou supposés candidats, qui n’ont pas participé aux épreuves écrites du concours direct de recrutement de 1500 instituteurs adjoints certifiés, tenu en fin mai, ont bizarrement pris part aux épreuves orales.

Aussi, certains qui ont échoué aux épreuves écrites, auraient également reçu un coup de pouce pour être déclarés admissibles aux épreuves orales. D’après le journal, des individus tapis dans l’ombre du circuit de l’organisation du concours, auraient proposés leurs services contre une rémunération pour faciliter l’accès à la fonction publique à ces candidats. Il est donc préconisé que le ministre de l’Éducation nationale confronte la liste des admissibles, publiée le 13 juillet, à celle des candidats qui seront définitivement déclarés admis. Là aussi, il se pourrait qu’entre temps, les acteurs se ravisent. Même à ce niveau, il risque d’avoir un problème car les candidats frauduleusement propulsés aux épreuves orales pourraient réclamer le remboursement des frais engagés dans le circuit de la corruption.

Suite à ces informations du bimensuel, le ministère de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale est sorti de son silence. En effet, le Pr Seni Mahamadou Ouedraogo, informe les candidats dudit concours qu’une cellule chargée de vérifier ces allégations a été mise en place au sein de son département. Aussi, les candidats (ou toute autre personne) qui seraient en possession d’informations, permettant de faire la lumière sur la question, sont priés de les transmettre à son cabinet dès le lundi 30 juillet 2018.

1 Commentaire sur "Concours de recrutement de 1500 instituteurs adjoints certifiés : ça sent du roussi"

  1. Il est bien de dénoncer les anomalies dans les activités de recrutement des agents de la Fonction publique car tous les Burkinabè doivent avoir les mêmes chances,toutefois ,il convient que les lanceurs d’alertes soient bien renseignés pour éviter de lancer le discrédit sur les honnêtes citoyens.Je voudrais qu’une enquête soit menée et que si fautifs ,il y en a qu’ils soient démasqués et si au contraire ce sont de malsaines allégations que le Ministère publique poursuivent le journal et son informateur

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

cinq × deux =