Collectif des architectes du rire : Enseigner l’histoire de l’Afrique par le théâtre

Le jeudi 4 octobre s’est tenu à l’université Ouaga I professeur Joseph KI-Zerbo, un spectacle suivi de débats qui a laissé les étudiants sans voix. Il s’agit du spectacle « les archives parlent » réalisé par le collectif des architectes du rire (CAR).

Les acteurs en scène

Ce spectacle avait pour objet de relater l’histoire du Burkina Faso sinon de l’Afrique depuis le précolonial à la colonisation, de l’indépendance à nos jours. Sur scène, l’on pouvait apercevoir une diversité d’artistes rappeur, humoriste et comédien. Écrit et mis en scène par Paul Zoungrana, « les archives parlent » est pour la première fois, présenté au Burkina Faso. « Nous voulons que l’histoire africaine soit enseignée par les africains, que les victimes de l’esclavage racontent les faits sur l’esclavage », explique Paul Zoungrana et d’ajouter : « Outre que les livres qui ne sont pas bien exploités, nous avons trouvé un autre moyen afin de passer le message aux peuples ». C’est dans ce sens que « nous avons été à l’archive nationale pour nos recherches ».

Des livres comme ceux de Cheick Anta Diop, Nazi Boni et bien d’autres grands auteurs africains ont été exploités pour la mise en scène de ce théâtre. Les travaux forcés et la manière dont l’Afrique a été inculpée dans les Guerres mondiales, ont été relatés. Les étudiants étaient stupéfaits de constater une autre version de l’histoire africaine.

Les étudiants présents pour la représentation

Voyant une salle pleine, Frère Malkhom, un des acteurs du spectacle confie : « on n’est pas déçu d’être à l’université. » Par ailleurs, il a invité les étudiants à faire un tour dans les archives et de chercher à comprendre leur histoire. Selon Paul Zoungrana, tant que notre histoire nous sera contée par ceux qui nous ont colonisés, il est impératif que nous n’ayons pas les vraies versions des faits.

Paul Zoungrana, Moussa Petit sergent, Frère Malkhom, Duden J, Onasis sont entre autres, les principaux acteurs de ce théâtre.  C’est ainsi que le collectif des architectes du rire (CAR) donne rendez-vous au public, les 11, 12 et 13 Octobre à l’espace Gambidi, le 20 octobre aux Archives nationales et le 24 octobre au musée national.

Ouédraogo Abdoul Latif

 

 

 

 

Soyez le premier à commenter sur "Collectif des architectes du rire : Enseigner l’histoire de l’Afrique par le théâtre"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

deux + dix-sept =