Code électoral : Simon Compaoré invite les opposants à faire du vote de la diaspora, une réalité

Expliquer le nouveau code électoral, tel est l’objectif du Mouvement du peuple pour le progrès (MPP) à travers une sortie médiatique, le mardi 7 août 2018 au siège dudit parti. Une rencontre animée par le président par intérim, il a été question de revenir sur les polémiques causées par le nouveau code électoral et d’inviter les autres partis politiques à faire du vote des Burkinabè de l’étranger, une réalité.

Longtemps sollicité, le vote des Burkinabé de l’étranger est une victoire qui témoigne ainsi de la promesse faite par le président du Faso, Rock Kaboré à la diaspora, selon le président par intérim du MPP, Simon Compaoré. Ce processus a pourtant pris en compte les propositions faites par l’opposition, explique le président en ces mots : « l’opposition politique réunie au sein du CFOP a même fait des propositions qui ont été prises en compte dans le dispositif final. Il s’agit par exemple de la prise en compte du passeport retenu comme l’un des documents électoraux pour les inscriptions et le vote. C’est avec étonnement que le MPP et ses alliés découvrent l’attitude ondoyante et versatile de l’opposition qui dit une chose aujourd’hui et l’inverse demain ». Il déplore ainsi la politique politicienne et la mauvaise foi de l’opposition. Choisir la pièce d’identité et le passeport évite d’utiliser beaucoup de pièces pour le vote comme il l’explique si bien : « tous les spécialistes en matière de scrutins électoraux s’accordent sur un fait : il faut éviter la démultiplication des pièces éligibles pour le vote. Dans le cas précis de la diaspora de notre pays, seuls nos compatriotes de Côte d’Ivoire et du Gabon disposent de la carte consulaire biométrique ». Dans certains pays, les cartes consulaires délivrées manuellement peuvent avoir des risques et certains étrangers sont pour le choix des pièces du nouveau code électoral. Il déplore l’attitude de l’opposition en argumentant l’idée du fichier électoral, les pièces d’inscriptions, de vote et le lieu de vote.

Concernant le fichier électoral, la collaboration entre l’ONI et la CENI pourra mener cette opération dans la clarté. Pour les lieux de vote, aucun changement ne peut être fait car pour mettre des bureaux de vote à la disposition des votants, il faut utiliser des moyens pour arriver à cette fin. « Pensez-vous qu’un pays peut mettre à la disposition du Burkina 3000 bureaux de vote sur toute l’étendue de son territoire pour permettre le vote d’une diaspora ? le MPP veut aussi gagner les élections de 2020, mais pas à n’importe quel prix comme l’opposition qui veut le pousser à l’impasse », avance-t-il. Selon lui, le parti au pouvoir ne comprend pas l’attitude de l’opposition et déplore qu’elle se laisse manipuler par ceux qui ont causé du tort au pays. « Arrêtons de pinailler et allons à l’essentiel à savoir réussir en 2020, le vote des Burkinabè de l’étranger qui n’a que trop duré », a dardé Simon Compaoré et d’ajouter : « nous allons mettre fin à la désinformation par des sorties, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays ».

Soyez le premier à commenter sur "Code électoral : Simon Compaoré invite les opposants à faire du vote de la diaspora, une réalité"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

4 − 3 =