CNPDER-BF : les OSC sollicitent leur implication en matière d’énergie

La Coalition nationale des OSC pour la promotion des énergies renouvelables et l’accès à l’énergie durable et l’efficacité énergétique au Burkina Faso (CNPDER-BF) a tenu une conférence de presse ce mercredi 25 juillet 2018. L’objectif de cette rencontre est d’interpeller le gouvernement notamment le ministère de l’énergie sur la mise en œuvre de la politique d’énergie renouvelable dissimulant des insuffisances.

La Coalition nationale des OSC pour la promotion des énergies renouvelables et l’accès à l’énergie durable et l’efficacité énergétique au Burkina Faso (CNPDER-BF) est un regroupement de 19 organisations de la société civile (OSC), mis en place le 3 août 2017. Cette coalition œuvre dans le domaine des énergies renouvelables. En effet, ces énergies constituent une source importante pour tout pays. L’exploiter à bon escient est une opportunité. Au Burkina Faso, plusieurs ministères et structures se sont impliqués dans les énergies renouvelables et plusieurs efforts sont faits pour son développement. Malgré les efforts consentis par l’État, des insuffisances sont à relever car les difficultés existent dans sa coordination des actions sur le terrain. Parmi ces insuffisances, il ressort la faible clarification des rôles de certaines structures publiques, la duplication des mandats de certaines structures en charge de l’énergie, l’insuffisance des structures publiques dans la mise en œuvre des actions, l’absence des services déconcentrés, la faible prise en compte des questions d’énergie par les collectivités territoriales, la faible implication des OSC en matière d’énergie. C’est ainsi que la coalition par cette sortie, fait des suggestions et invite l’État à sa prise en compte pour l’atteinte des objectifs. Quatre points pour la résolution des insuffisances ont été dégagés pour la promotion des énergies renouvelables à savoir, la clarification des missions des structures publiques dudit ministère et des services rattachés; la mise en place d’un cadre de concertation des structures publiques, ouvert aux OSC; la déconcentration du ministère de l’énergie et enfin l’implication des OSC dans l’élaboration des projets et propositions ou tout ce qui concerne l’énergie renouvelable.

Selon Konseibo Charles Didace de CEAS Burkina, membre de la coalition, « nous constatons que les impacts ne sont pas perçus et nous demandons que la mise en place de ces politiques, soit effective sur le terrain. Elle consiste à un besoin de définir clairement le rôle de chacun des acteurs du ministère de l’énergie, de coordonner les actions des structures œuvrant dans ce domaine et de prendre en compte les OSC dans l’élaboration des projets et la mise en place de ses projets », explique-t-il. Les OSC peuvent faire une bonne sensibilisation des populations sur les énergies renouvelables pour leur utilisation, « nous voulons demander au gouvernement de nous impliquer davantage, de mettre en place une structure de concertation pour une coordination des actions et mieux clarifier les attributions, voire le rôle de chacun », insiste-t-il. Pour eux, le problème se trouve dans la définition des missions, qui doit être clarifiée. Ils souhaitent cependant, la prise en compte des recommandations faites.

Notons que la coalition est soutenue par le programme « voix pour le changement V4C » et le projet « Accélérer la mise en œuvre des politiques régionales sur les énergies propres en Afrique de l’Ouest ACE-WA ».

 

 

Soyez le premier à commenter sur "CNPDER-BF : les OSC sollicitent leur implication en matière d’énergie"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

quatorze − dix =