Cinq jours de réflexion sur la définition des types de projets par l’UCF-Burkina

L’Unité de coordination du second compact du Burkina (UCF-Burkina) a entamé lundi 12 mars 2018 à Ouagadougou, des échanges de cinq jours. Appris par l’AIB, lesdits échanges vont permettre de définir et choisir les types de projets qui vont permettre d’accroître l’économie nationale et  réduire la pauvreté au pays des Hommes intègres.

Selon le coordonnateur national de l’UCF-Burkina, Samuel T Kaboré, le gouvernement est engagé depuis une année dans un processus de qualité du projet (compact).

  1. Kaboré s’exprimait lundi à Ouagadougou,  à l’occasion de l’ouverture de l’atelier technique d’élaboration des documents de proposition de projets du second compact.

Pour lui, au cours de la phase 1 en 2017, une analyse a fait ressortir des contraintes majeures liées à l’investissement privé et à la croissance économique.

De son avis, il s’agit du déficit en capital humain, notamment, la faible qualification de la main d’œuvre et l’insuffisance de l’électricité, sa mauvaise qualité et son coût élevé au Burkina Faso.

Il a précisé que la phase 2, tenue de septembre à décembre 2017, s’est consacrée à l’identification des causes des contraintes  et l’élaboration des notes conceptuelles.

A en croire  Samuel Kaboré, l’étape actuelle qui est  la phase 3, a  commencé depuis janvier 2018 et doit aboutir à la définition et au choix des types de projet du compact,  permettant d’accroître l’économie nationale et  réduire la pauvreté au Burkina Faso.

A l’entendre, ces cinq jours d’échanges vont permettre également aux participants et experts de faire des propositions concrètes pour un mieux-être des populations.

«L’objectif de cet atelier est de disposer des versions préliminaires des documents de projets qui sont au nombre de quatre selon le concept validé par le gouvernement»,  a ajouté le coordonnateur national de l’UCF.

Les quatre projets concernés  sont, entre autres, l’amélioration de l’efficacité du domaine et des services de l’électricité,  le renforcement du réseau du transport et de distribution de l’électricité,  l’accroissement de l’offre d’électricité moins coûteuse et la valorisation de l’électricité par les populations et entreprises des zones rurales et/ou péri-urbaines.

Il a signalé que chaque document de projet devra  être élaboré suivant le canevas du Millénium challenge corporation(MCC).

Il a, en outre, expliqué que les résultats attendus de l’atelier de travail seront la production de documents préliminaires de projets contenant les composantes, les coûts, les bénéficiaires potentiels, les conditions et le calendrier de la mise en œuvre du projet.

«Je voudrais saisir cette occasion pour remercier le gouvernement américain et le MCC pour ce second compact qui est une grande opportunité d’améliorer les conditions de vie des populations», a conclu le coordonnateur national de l’UCF.

Soyez le premier à commenter sur "Cinq jours de réflexion sur la définition des types de projets par l’UCF-Burkina"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

trois × 4 =