César Antonio Fernandez : Un prêtre espagnol tué lors de l’attaque terroriste de Bittou

Le vendredi 15 février 2019 dans le centre-est du Burkina Faso, à la frontière avec le Togo, un poste de contrôle de la douane a été attaqué par des individus armés à Nouhao, précisément dans la province du Boulgou.

Cette attaque a occasionné la perte en vie humaine de quatre (04) agents du bureau de Cinkansé en service de contrôle routier à Nouhao et un civil dont le père César Antonio Fernandez, un prêtre Salésien qui avait comme vertus les Soins des malades des Hépatites à Ouagadougou.

Le père Fernandez 72 ans, était salésien depuis 55 ans et prêtre depuis 46 ans. Il se consacrait à l’Afrique depuis 1982, et avait notamment participé cette année-là à l’installation de la première communauté salésienne au Togo. Il avait représenté l’Afrique occidentale francophone lors du 25e Chapitre général des salésiens, en 2002.

Notons que ce prêtre espagnol avait célébré les 50 ans de ses vœux perpétuels, la semaine dernière. Depuis 2016, le père César Antonio Fernandez était envoyé en précurseur à Ouagadougou pour préparer l’installation de la communauté. Il a fait le compte rendu de l’avancement des travaux à leur dernière rencontre tenue à Lomé, du 8 au 13 février dernier.

En quittant Lomé, mercredi, avec deux autres frères pour se rendre à Ouagadougou, le père César Antonio Fernandez trouva la mort en chemin, lors d’une attaque terroriste. Ses confrères en sont sortis indemnes.

 

Soyez le premier à commenter sur "César Antonio Fernandez : Un prêtre espagnol tué lors de l’attaque terroriste de Bittou"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

seize − 10 =