Burkina : Les femmes s’impliquent dans la question sécuritaire

 

Le lancement du programme de leadership féminin pour une gouvernance inclusive de la sécurité dans le Sahel, s’est tenu dans l’après-midi de ce jeudi 08 août 2019 à Ouagadougou. Au cours de cette cérémonie, l’ensemble du présidium a été unanime sur la nécessité de prendre en compte les femmes dans la lutte contre l’insécurité. C’est ainsi le début d’un symposium de deux jours (jeudi- vendredi) qui vise à renforcer les capacités des femmes de la société civile. Ceci, en matière de leadership féminin.

Le programme de leadership féminin pour une gouvernance inclusive de la sécurité, a été initié par le réseau ouest africain pour l’édification de la paix (WANEP), en collaboration avec le Groupe Danois de Déminage, (DDG) et l’Union Européenne (UE). C’est ainsi face à l’insécurité récurrente dans la sous-région, que ce programme a été mis en place.

Ce projet « fournit à ces pays, un vivier d’expertise féminin », a déclaré Linda J BAUMA, coordinatrice du Danish Demining Group (DDG). En effet, il va consister à sélectionner des femmes, aussi bien, au niveau national que régional, sur une période de 18 mois. Ces femmes vont par la suite, repartir dans leurs communautés respectives et montrer ce qu’elles auront appris sur le terrain.

Selon la directrice Pays DRC-DDG, Elise MEMEL-KOKORA, le but de ce projet est de relever le déficit sécuritaire dans la sous-région. Selon elle, le moment est venu de renforcer les capacités des femmes à interagir dans la recherche de la solution à la stabilité. En outre, cette initiative démontre la volonté, la disponibilité de la femme à s’impliquer dans la question sécuritaire.

BATINGA N WILI, représentant du WANEP a, quant à lui, affirmé la nécessité que ces femmes se réunissent et discutent sur ce qui constitue les entraves à leur implication dans le secteur de la sécurité. Par ailleurs, il remercie l’Union Européenne pour sa participation financière à ce projet.

« L’Union Européenne accompagne cette initiative qui est menée par des associations, à hauteur de 1,2 millions d’euro. Cette action va permettre de former des femmes qui auront plus de leadership et seront à même d’intervenir dans la société pour des questions sécuritaires », a déclaré Hans-Christian BEAUMOND, le représentant de l’UE à cette cérémonie.

Le ministère en charge de la promotion de la femme, de la solidarité nationale, de la famille et de l’action humanitaire, soutient de toutes ses forces ce programme. Ceci, pour l’inclusion de la femme dans la question sécuritaire au Burkina Faso. Dans son discours, le ministre de la femme entend prendre des dispositions notamment sur la résolution1325 et connexes, dans le but de booster l’engagement de la gente féminine burkinabè dans les questions de paix et de sécurité.

« Nous travaillons au niveau de notre département, à permettre aux femmes de travailler pleinement et de participer pleinement au développement, et à sécuriser nos pays », a laissé entendre Laurence ILBOUDO Marchal, ministre de la promotion de la femme. Tout en saluant cette noble initiative et en  l’encourageant, elle (ministre) déclare que la femme peut être l’alliée incontestée des Forces de défense et de sécurité (FDS) afin de neutraliser les semeurs de troubles dans nos pays.

A l’en croire,  la lutte contre le terrorisme commence en amont et en aval par la femme. Elle affirme par ailleurs, être disposée à accompagner les membres du vivier qui va naître de ce programme de leadership féminin pour une gouvernance inclusive de la sécurité au sahel.

Ce projet d’une durée de trois (03) ans, va essentiellement former des femmes dans trois (03) pays de la sous-région. Il s’agit notamment du Burkina Faso, du Mali, et du Niger.

 

Laetitia TRAORE

Stagiaire

Soyez le premier à commenter sur "Burkina : Les femmes s’impliquent dans la question sécuritaire"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

huit + 14 =