Burkina : Le SYNATRACT fustige la gouvernance du ministère de la Culture

 

Le Syndicat National des Travailleurs du Ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme (SYNATRACT), a organisé une conférence de presse ce mardi 06 août 2019 à Ouagadougou. L’objet de ce point de presse est de porter à la connaissance de l’opinion publique, l’attitude méprisante des premiers responsables du ministère de tutelle face aux revendications de ce syndicat.

C’est face à de nombreuses difficultés et problèmes au sein de l’organisation du Ministère de la Culture des Arts et du Tourisme (MCAT) que le SYNATRACT a réuni en cette matinée du 06 août 2019, les hommes et femmes de médias. Le présidium de cette conférence, était ainsi composé de cinq (5) membres. Il s’agit entre autres, de KABORE Florent SGA, de ROUAMBA Justin, secrétaire chargé des questions juridiques.

Au cours de cet entretien avec la presse, le  Syndicat National des Travailleurs du Ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme (SYNATRACT), a dénoncé la persistance de pratique non orthodoxe à l’éthique et la déontologie de l’administration publique. Notamment, l’entêtement dans les nominations des agents d’autres départements et des allogènes au détriment des emplois spécifiques du MCAT. Mais aussi, la non prise en compte de la nomination des travailleurs du MCAT dans les institutions et représentations diplomatiques occupées par les conjoint(e)s de diplomates. Egalement, a-t-il fait cas parmi tant d’autres, du délabrement évident et continu des locaux qui abritent la plupart des services déconcentrés et rattachés du MCAT. Cependant, le syndicat n’a pas manqué de déplorer le budget national de 0,37% alloué au secteur de la culture et du tourisme qui, selon lui, est insignifiant.

Selon KABORE Florent, Secrétaire général du SYNATRACT, même si des efforts sont faits au Burkina Faso, d’énormes potentialités culturelles et touristiques ne sont toujours pas exploitées. Ceci, suite aux mauvais traitements infligés aux travailleurs dévalorisés, démotivés et déconsidérés. A l’entendre, ces travailleurs sont laissés à eux-mêmes sans bureau, dans des taudis ou même sous les arbres en province. Les syndicalistes ont ainsi soutenu que la valorisation de la culture burkinabè, passe d’abord par celle de ces travailleurs.

A en croire les conférenciers du jour, le ministre Abdoul Karim SANGO depuis son arrivée,  « n’a ménagé aucun effort dans le but de consolider les actions de ces prédécesseurs. Il (ministre) s’est par ailleurs, fait remarqué par des décisions controversées prises de façon unilatérale ». En effet, la non-prise en compte des compétences nécessaires à l’exécution des tâches et au fonctionnement efficace des comités d’organisation, est l’un des faits parmi de multiples actes qui témoignent de ces décisions unilatérales. A cela, s’ajoutent de nombreuses démissions constatées et en cour. Cette situation fait alors office de l’insuffisance d’une bonne communication au sein de l’administration culturelle et touristique.

Par ailleurs, le SYNATRACT entend maintenir et durcir le mot d’ordre de boycott de toutes les activités du Ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme.

En rappel, c’est depuis le 08 mai 2019, que le Syndicat National des Travailleurs du Ministère de la Culture, des Arts et du Tourisme (SYNATRACT), est rentré en mouvement d’humeur. Un comité a, dès lors, été mis en place dans le but d’identifier des solutions de sortie de crise. Suite à la mise en place de ce comité, l’autorité avait pris l’engagement dans un Procès-Verbal, de mettre en œuvre les recommandations de ce comité au plus tard le 31 juillet passé. Mais d’après le syndicat, aucune action n’a encore été entreprise.

 

Laetitia TRAORE

Stagiaire

Soyez le premier à commenter sur "Burkina : Le SYNATRACT fustige la gouvernance du ministère de la Culture"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

dix-huit − sept =