Burkina: La Nouvelle alliance du Faso veut le pouvoir en 2020 avec Djibrill Bassolé

La Nouvelle alliance du Faso (NAFA, opposition) compte conquérir le pouvoir en 2020 avec son candidat, le général Djibrill Bassolé. Appris par l’AIB, cela a été annoncé par le parti à l’occasion de son premier congrès ordinaire, tenu ce samedi 20 janvier à Ouagadougou.

«Le Congrès a permis d’apporter des amendements substantiels aux textes fondamentaux du Parti, à savoir les statuts et le règlement intérieur», a relevé le nouveau président de la NAFA, Mamoudou Hama Dicko, samedi après-midi, à la clôture des travaux.

Selon M. Dicko, ce premier congrès ordinaire du parti a également été  l’occasion pour les congressistes  de faire le bilan du fonctionnement de la formation politique durant ces trois dernières années et d’en dégager «la vision et les principales orientations stratégiques pour la conquête du pouvoir en 2020 avec notre candidat, le général Djibrill Bassolé».

Le président a rappelé que le congrès a permis de réfléchir sur le Thème: «La NAFA à l’heure du renforcement de la cohésion nationale,  du dialogue social et de la sécurité».

Selon lui, un tel thème permet de contribuer à trouver les  mécanismes appropriés pour sortir le Burkina Faso des crises tous azimuts qui ébranlent son développement,  citant les crises sociales, politiques, économiques, etc.

Par ailleurs, le nouveau patron de la NAFA a invité tous les Burkinabè, quel que soit leurs bords politiques à œuvrer pour la réconciliation nationale.

«Ceci est une nécessité dans la mesure où rien de bon ne peut se construire dans une nation divisée où la haine, la vengeance, la méchanceté, la mesquinerie, l’arrogance et la suffisance sont érigés en mode de gouvernance», a-t-il insisté.

La Nouvelle alliance du Faso (FASO) a vu le jour en janvier 2015, quelques mois après l’insurrection populaire de fin octobre 2014 qui a vu la chute du régime de Blaise Compaoré.

Le mentor du parti, le général Djibrill Bassolé, pour son implication présumée dans le putsch manqué de septembre 2015, est actuellement en résidence surveillé, après deux ans passés à la Maison d’arrêt et de correction des armées (MACA).

Le premier congrès ordinaire de la NAFA, tenu ce samedi 20 janvier 2018, a été une occasion pour les congressistes d’appeler à la libération de leur leader.

Par ailleurs, la rencontre a permis de renouveler les instances dirigeantes du parti. Ainsi, un nouveau Bureau exécutif national (BEN) composé de de 67 membres a été élu.

Ce BEN est présidé par  le Secrétaire exécutif national (SEN), Mamoudou Hama Dicko qui occupait jusque-là, le poste de président par intérim de la NAFA.

  1. Dicko est secondé dans le nouveau bureau par un Secrétaire général, Hippolyte Ouédraogo et par un Secrétaire exécutif national adjoint, Chargé des Burkinabè de l’étranger, Adama Kiéma.

La rencontre a également été une occasion de nommer trois commissaires aux comptes et de mettre en place un Conseil national fort de 15 membres.

Soyez le premier à commenter sur "Burkina: La Nouvelle alliance du Faso veut le pouvoir en 2020 avec Djibrill Bassolé"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

7 + seize =