Burkina Faso : L’Opposition politique demande la levée du couvre-feu

 

Des membres de l’Opposition politique ont tenu leur point de presse hebdomadaire, ce mardi 19 mai 2020 au siège du CFOP. Les points à l’ordre du jour étaient entre autres la mort de douze présumés terroristes à la gendarmerie de Tanwalbougou ; les tensions liées à la succession à la tête du Gulmu ; le couvre-feu instauré dans le cadre de la lutte contre la Covid-19. Le point de presse du jour était animé par maître Gilbert Noël Ouedraogo, président de l’ADF/RDA et Abdoulaye Arba, président du PMP.

L’Opposition politique a affirmé que malgré son soutien ferme aux FDS, elle ne cautionnait pas les exécutions sommaires et estime que les présumés terroristes devraient être jugés et non exécutés. « Les exécutions sommaires ont toujours eu cette conséquence qu’en exécutant des présumés terroristes qui devraient être jugés, nous prenons inévitablement le risque de tuer des innocents », a affirmé maître Gilbert Noel Ouedraogo. Si nous tuons des innocents, poursuit-il, nous créons de nouvelles vagues d’ennemies internes assoiffés de vengeance qui travailleront contre l’Etat, donc en faveur des ennemis. L’opposition a donc demandé à ce que la lumière soit faite sur la mort des douze personnes à Tanwalbougou et que les éventuels coupables soient punis conformément à la loi.

Trouver une issue pacifique à la crise, grâce au dialogue

Afin que la paix et la cohésion reviennent dans la famille royale du Gulmu, l’opposition a encouragé les parties en conflit à trouver une issue pacifique à la crise, grâce au dialogue. En outre, elle a demandé à l’administration de jouer pleinement son rôle dans un esprit neutre et non partisan, pour éviter que ces tensions n’aboutissent à des violences et qu’une solution pacifique soit trouvée.

Pour terminer, les conférenciers du jour ont pointé du doigt la poursuite du couvre-feu et se posent des questions sur son utilité au regard des faits suivants :  Les transports de personnes ont repris et donc certains longs trajets sont perturbés par le couvre-feu, des sociétés (comme les entreprises de médias) qui continuent de fonctionner la nuit, subissent des préjudices, les débits de boisson et les restaurants ont rouvert, et la plupart de ces établissements rentabilisent la nuit… Puisque la tendance est à une amélioration de la situation, l’Opposition politique a donc demandé à ce que le couvre-feu soit levé afin que les populations puissent poursuivre normalement leurs activités.

 

 

Soyez le premier à commenter sur "Burkina Faso : L’Opposition politique demande la levée du couvre-feu"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

3 × quatre =