Burkina : Des engrais destinés aux producteurs, détournés

 

Chaque année, l’Etat subventionne les intrants agricoles au bénéfice des agriculteurs à travers le projet PAPSA. Cette année n’est pas restée en marge. Cependant, ces intrants destinés aux producteurs de cinq (05) régions ont été détournés et revendus sur le marché par des individus. C’est à ce sujet que des membres et représentants de “AGRODIA“ ont tenu une conférence de presse ce mardi 28 juillet 2020 à Ouagadougou, afin de dénoncer ces actes et sauver l’année des productions, tout en espérant que justice soit faite.

L’Association des grossistes et détaillants d’intrants agricoles (AGRODIA) est chargée de la distribution des intrants agricoles depuis les années 2013-2014. De la campagne sèche 2017-2018 à travers le projet d’amélioration de la productivité agricole et de la sécurité alimentaire (PAPSA), la même association bénéficie de la fourniture des intrants agricoles pour les subventionner à un prix fixé par l’Etat. Pour la campagne sèche de l’année 2020, il a été mis à la disposition de AGRODIA, 6 700 tonnes d’engrais à distribuer aux bénéficiaires à un prix subventionné de 12 000 FCFA le sac de 50kg. Les régions concernées sont le Centre, le Nord, la Boucle du Mouhoun, l’Est et le Centre-nord. Mais l’objectif visé n’a pas été atteint. En effet, des individus, certains membres de AGRODIA ont détourné des tonnes de ces engrais destinés aux producteurs, qu’ils ont mis sur le marché. Or, il est formellement interdit de céder ces engrais à des revendeurs. Ce qui a fait que des producteurs normalement bénéficiaires n’en trouve pas. C’est le cas du producteurs de Dy dans la Boucle du Mouhoun, Siéri Daouda qui témoigne n’avoir rien reçu. « Quand on est arrivé à Dédougou, ils nous ont dit que les engrais subventionnés sont finis. », regrette-t-il.

A en croire le chargé à l’organisation et à l’information de AGRODIA, Francis Tapsoba, pas longtemps lors d’un voyage à Dédougou il y avait plus de 200 tonnes d’engrais dans les magasins. « Où sont-ils passés ? », s’interroge-t-il. « A Bobo-Dioulasso, les intrants étaient sur le marché aux mains des commerçants, alors que Bobo ne fait pas partie des zones couvertes par cette dotation. », déclare Francis Tapsoba. C’est croire donc que les engrais qui sont destinés à soulager les agriculteurs d’autres régions, se retrouvent sur le marché à Bobo-Dioulasso. Francis Tapsoba rassure que l’affaire est entre les mains de la justice et cette dernière va situer les responsabilités de chacun dans cette affaire de détournement qui décourage les producteurs.

Cette manipulation n’est pas une première dans l’association. En effet, Dans le rapport d’activités de 2017-2018, « nous découvrons que la commande a été effectuée à partir d’un prêt bancaire, que certains membres ont payé le coût de l’engrais dont ils ont bénéficié, que le prêt a été remboursé sur fonds propres de l’association. Certains membres du bureau exécutif ont profité du prêt remboursé pour prélever des quantités importantes d’engrais, et en revendre sans reverser à l’association », a dévoilé le chargé à l’information. Tout porte à croire que des membres du bureau s’enrichissent sur le dos de l’association. A cette occasion, nous apprenons que la somme détournée s’élèverait à 304 214 273 FCFA. Les organisateurs de la présente rencontre demandent que des mesures soient prises pour le reversement de cette somme dans les caisses de l’association.

Francis Tapsoba souhaite que s’il y a encore des engrais dans les magasins, qu’on puisse les mettre à la disposition des producteurs bénéficiaires de la subvention, afin de leur permettre de travailler normalement.

Par ailleurs, les conférenciers tirent la sonnette d’alarme en demandant au ministère en charge de l’Agriculture, de les soutenir dans cette recherche de vérité. Ils recommandent le ministère à plus de vigilance et « à rechercher à chaque opération de distribution d’engrais, la bonne information afin de ne pas être embarqué dans des trahisons similaires. »

Soyez le premier à commenter sur "Burkina : Des engrais destinés aux producteurs, détournés"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

18 + neuf =