Boucle du Mouhoun : « Les encadreurs pédagogiques exigent à ce que les points de leur plateforme soient examinéé à fond»

Les encadreurs pédagogiques de l’enseignement du premier degré de la région de la Boucle du Mouhoun ont marqué un arrêt de travail de 48h du 25 au 26 octobre 2016. A l’instar de leurs camarades au niveau national six (6) point constituent leur plateforme revendicative.

Composé d’Instituteurs principaux, de conseillers pédagogiques itinérant, et d’inspecteurs de l’enseignement du premier degré, les manifestants du jour ont déserté les bureaux et se sont retrouvés au siège régional du Conseil National des Travailleurs du Burkina (CNTB)

Ils interpellent le chef de l’Etat sur leur plateforme revendicative et demandent une « revalorisation du personnel de l’enseignement du premier degré » . Les encadreurs pédagogiques dénoncent également un certain nombre d’injustice à l’intérieur du système qu’il faut corriger selon eux à l’effet de donner plus de moyens au personnel de l’enseignement de façon général et aux encadreurs pédagogiques de façon spécifique. 

Il ressort de leur préavis de grève, adressé au président du Faso une plateforme minimale en six (6) points issus d’une correspondante adressée au ministre de l’éducation nationale et de l’alphabétisation en date du 8 septembre 2016. On retiendra de cette plateforme : la dotation des CEB en moyens conséquents de travail avant la rentrée scolaire 2016-2017 ; le reclassement des instituteurs principaux en catégorie A1 et des CPI et IEPD ben catégorie P ; la relecture du plan de carrière du personnel de l’enseignement du premier degré pour le rendre plus attrayant et motivant ; la relecture consensuelle de l’organigramme du MENA ; la délivrance de diplôme aux encadreurs sortants de l’école normale supérieur de Koudougou ( ENS/UK) et l’établissement de leur équivalence avec les diplômes académique ; et enfin l’harmonisation de l’organisation des examens et concours scolaire et professionnelle du MENA.

sam_0603Selon le responsable régional du syndicat national des encadreurs pédagogiques du premier degré Yinilé Kadenza, «  il y a une incidence grave dans le fonctionnement actuel du système à tel point que si ces questions ne sont pas examinées à fond il y aura problème ». Pour lui il y a problème de la qualité de l’éducation, car si les enseignants ne peuvent pas être soutenus par les encadreurs pédagogiques cela pose un problème. « Si les encadreurs pédagogiques sont déconnectés du système il va sans dire que la qualité va en pâtir » a-t-il martelé. Un autre système qui contribue à en pâtir la qualité de l’enseignement que le responsable du syndicat des encadreurs pédagogiques qualifient de « démotivation globale » de certaines personne qui viennent dans le métier d’enseignant pas par vocation mais parce qu’ils ont cherché ailleurs et ne savent pas ou aller. « C’est pourquoi la révision de la carrière, qui est l’un des points de notre plateforme, pour rendre cela plus motivant plus astreignant  » a-t-il poursuivi aura l’effet d’ attirer les gens et de motiver les gens à ce donner au travail. Selon Yénilé kadenza, si la question de l’organigramme n’est pas résolu, il aura des conflits permanent sur le terrain, et les objectifs recherchés par le MENA ne seront pas atteints.

En outre sieur Kadenza a signifié que cette grève n’est qu’un point et qu’un certain nombre d’activités seront boycottées jusqu’à nouvelle ordre. Il a toute fois apprécié et salué la forte mobilisation de ses camarades pour la réussite de ce mouvement.

 

Soyez le premier à commenter sur "Boucle du Mouhoun : « Les encadreurs pédagogiques exigent à ce que les points de leur plateforme soient examinéé à fond»"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

dix-neuf − huit =