Bilan sommaire sur l’exécution du Programme « Emplois -Jeunes pour l’Education Nationale » (PEJEN)

Dans le cadre de la mise en œuvre du Programme présidentiel dans son volet résorption du chômage des jeunes diplômés,  il est prévu le recrutement de seize mille huit cents  (16 800) jeunes ayant un niveau de formation équivalent ou supérieur au DEUG 2, pour le compte du Ministère de l’Education nationale et de l’Alphabétisation (MENA). Le recrutement de ces 16800 jeunes est étalé sur cinq ans et a commencé en 2016.

Au titre de 2016, sur une prévision de quatre mille deux cents (4200) jeunes diplômés,  trois mille cinq cent dix-neuf (3519) ont été recrutés, formés au métier d’enseignant et déployés dans toutes les régions, pour assurer l’enseignement dans les filières suivantes : Français-Anglais, Français-Histoire-Géographie, Mathématiques-Physique-Chimie et Mathématiques-Sciences de la Vie et de la Terre mais aussi dans diverses spécialités de l’enseignement et la formation techniques et professionnels.

Les formations se sont déroulées à l’Ecole Normale Supérieure de l’Université de Koudougou (ENS-UK) pour les séries littéraires et les spécialités de l’enseignement technique et à l’Institut des Sciences (IDS) pour les filières scientifiques.

Analyse de la situation actuelle

A l’analyse de ce programme, on pourrait noter que la majeure partie de ceux qui ont été recrutés soit près de 80% sont restés à leur poste durant toute l’année scolaire. Par ailleurs, la déperdition qui a été constatée s’explique par le fait que le programme, a été un tremplin salutaire pour l’entrée en emploi définitif d’un grand nombre de bénéficiaires. En effet, plusieurs d’entre eux, intéressés par l’enseignement, sans attendre la fin du programme les concernant, ont passé les concours de l’Education nationale et sont repartis dans nos écoles de formation pour une durée de formation plus longue. Une étude est en cours pour en déterminer le nombre. On note également que certains ont été admis également à d’autres concours de la Fonction publique.  L’organisation d’un test d’intégration avant la fin de la période contractuelle qui est de trois ans, pourrait  permettre de fidéliser un grand nombre de ceux qui s’engagent à rester dans le monde de l’éducation. Cette idée est en cours d’analyse de faisabilité avec la DRH et la Fonction publique.

Difficultés rencontrées  et solutions en cours 

Il convient de souligner qu’un tel programme quoique salutaire, (avec une expérience inédite d’un recrutement massif d’enseignants), a rencontré des difficultés que nous sommes en train de corriger.

Au titre des difficultés on peut citer :

  • les profils de recrutement qui quelquefois ne correspondaient pas tout à fait à la matière enseignée,
  • des retards observés dans la mise à disposition des allocations,
  • des ressources jugées insuffisantes par les bénéficiaires, etc.

A toutes ces difficultés,  des solutions sont proposées :

  • En ce qui concerne les profils de recrutement pour la promotion 2017, une attention particulière sera observée. D’ores et déjà, une rencontre préalable a été tenue avec les acteurs des écoles de formations du MESRSI (IDS, ENS/UK) et les responsables du MENA pour mieux définir les profils en lien avec les matières à enseigner.
  • En ce qui concerne le suivi sur le terrain, l’équipe de supervision, de concert avec les directions régionales, est entrain de proposer des normes et des outils de suivi et de recueil d’informations pour un meilleur suivi de chaque bénéficiaire. Des rapports trimestriels de suivi permettront au niveau déconcentré de rendre compte de l’effectivité du suivi de chaque bénéficiaire. De plus, des sessions de renforcement de capacités seront organisées dans le cadre de la formation continue des enseignants du post-primaire. Un projet d’accompagnement est en cours avec le soutien de l’UNESCO.
  • Pour ce qui est des pécules, le conseil des Ministres en sa séance du mercredi 14 juin a autorisé le relèvement du montant des pécules de 30 000 à 45 000 F. Cet effort du gouvernement, malgré les conditions budgétaires difficiles, démontre que les autorités et notamment le chef de l’Etat sont à l’écoute de la jeunesse pour leur bien être  économique et social.
  • Pour ce qui est du retard dans le paiement des allocations, une démarche est en cours pour signer une convention avec une entreprise de téléphonie  mobile afin de permettre un paiement direct à chaque bénéficiaire. Ce procédé va réduire sensiblement le temps de paiement des allocations.

 Point sur le recrutement 2017

Comme annoncé plus haut, le processus de recrutement de la promotion 2017 est en cours. Il a été autorisé par le Conseil des Ministres en sa séance du 14 juin  dernier.  Le recrutement  2017 va concerner un effectif de 3150 jeunes diplômés.

Le recrutement sera lancé début juillet, la sélection va s’opérer durant le mois d’août et la formation se fera à l’IDS et à l’ENS/UK, durant les mois de septembre, octobre et novembre pour la phase théorique. Et dès la fin de cette formation,  les bénéficiaires du programme seront déployés dans les régions. Durant les 3 premiers mois de leur prise de service, les stagiaires bénéficieront d’un suivi pédagogique afin de renforcer leurs compétences pédagogique et disciplinaire. Ces suivis conseils ont également pour but de les rassurer et de les accompagner dans le métier d’enseignant qu’ils abordent quelquefois avec beaucoup d’appréhension.

 Raphaël KAFANDOConseiller en Sciences et Techniques de l’Information et de la Communication. Directeur de la Communication et de la Presse Ministérielle

 

1 Commentaire sur "Bilan sommaire sur l’exécution du Programme « Emplois -Jeunes pour l’Education Nationale » (PEJEN)"

  1. ces decisions gouvernementales témoignent vraiment un regard particulier sur l’avenir des beneficiaires qu’est la jeunesse et donc celui du pays car ces deux derniers sont parfaitement correlés.Cependant aucune œuvre humaine n’étant parfaite, il en demeurent toujours des insuffisances qu’il faille se pencher dessus.Je ne les citerai pas toutes mais je mettrai en relièf l’insuffisance de l’allocation qu’il faudrait en toute analyse réexaminer pour des années à venir.C’était mon point de vue,merci !

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

trois + 4 =