An 19 de l’assassinat de Norbert Zongo : le peuple plus que jamais déterminé malgré la nonchalance de la justice

Le peuple burkinabè commémore ce 13 décembre 2017, le 19e anniversaire de l’assassinat du journaliste d’investigation, Norbert Zongo et ses compagnons. Le premier acte commémoratif, comme les années précédentes, est le dépôt, au cimetière municipal de Gounghin, ou il est enterré, de gerbe de fleur sur la tombe de l’illustre disparu. Le deuxième acte est une marche meeting pour réclamer justice et vérité sur sa mort et par ricochet, pour tous les autres crimes de sang jusque-là, restés impunis.

13 décembre 1998-13 décembre 2017, cela fait 19 ans jour pour jour que Norbert Zongo a été assassiné et les auteurs de ce crime crapuleux courent encore. Le message de l’Association des Journalistes du Burkina (AJB) est clair : « Le peuple du pays réel, debout, combatif, exige vérité et justice pour Norbert Zongo et ses compagnons d’infortune », déclare Guésouma Sanogo, président de l’AJB. Une gerbe de fleur a été déposée sur la tombe du journaliste, suivie d’une marche meeting. Le peuple burkinabè est plus que jamais déterminé.

L’AJB, par la voie de son Président, a lancé un appel au régime en place pour exiger que justice soit faite pour tous les crimes commis depuis Blaise Compaoré à Roch Marc Christian Kaboré en passant par Yacouba Isaac Zida et Michel Kafando. « La détermination du peuple est resté et reste la même dans sa quête de vérité et de justice », martèle M. Sanogo.

La récente interpellation de François Compaoré à Paris, suivie de sa demande d’extradition par les autorités, constitue, à en croire l’AJB, est un réel motif d’espoir. Cependant, elle estime que la vigilance doit redoubler jusqu’à ce que le peuple burkinabè et le monde entier connaissent la vérité sur l’horrible crime. Ironie du sort ou signe du destin, c’est ce 13 décembre même que la première audience dans le cadre de cette procédure doit se tenir devant la chambre de contrôle de l’instruction Cour d’Appel de Paris.

Ainsi, pendant la marche, sous bonne escorte de la police nationale, nous pouvons entendre : « NON aux juges corrompus, NON aux juges qui ont trahi leurs serment, NON aux politiciens pourris, JUSTICE et VERITE pour Norbert Zongo et ses compagnons d’infortune, etc. ».

En rappel, Norbert Zongo, Ernest Zongo (son frère), Ablassé Ouédraogo (son agent), et Blaise Ilboudo (son chauffeur), ont été découverts assassinés et leurs corps carbonisés dans un véhicule 4X4 a Sapouy, localité située à 90 km au Sud de Ouagadougou. Il enquêtait sur les circonstances de la mort de David Ouédraogo, un homme torturé à mort par l’ex RSP accusé de soi-disant vol. Ce dernier était le chauffeur personnel de François Compaoré, frère du président déchu Blaise Compaoré.

 

Soyez le premier à commenter sur "An 19 de l’assassinat de Norbert Zongo : le peuple plus que jamais déterminé malgré la nonchalance de la justice"

Laissez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.


*

deux × 1 =